Nick Murphy (anciennement Chet Faker)
Critique Publié le

Nick Murphy au MTELUS | Le public s’ennuie déjà de Chet Faker

Le titre de cet article aura tout aussi bien pu être « Chet Faker au Metropolis », mais ne laissons pas la nostalgie prendre le dessus. Nick Murphy a été clair l’automne passé : le projet Chet Faker est maintenant chose du passé, et ce retour du vrai nom de l’artiste annonce aussi qu’il ouvre ses horizons avec sa musique. Pourtant, ses deux pseudonymes trônaient vendredi soir sur la nouvelle devanture du MTELUS.

 


S’il y a bien une chose qui ne change pas, c’est que Nick Murphy se fait attendre impatiemment avant de monter sur scène. Après deux premières parties assez colorées – dont la deuxième, de Charlotte Cardin, a été grandement appréciée par le public, la foule encourage fortement Nick Murphy à se montrer le bout du nez.

Le spectacle débute enfin. Mélange de rock and roll et d’électro. Oh. La foule est déstabilisée. Mais Nick rassure les troupes et les fans reconnaissent rapidement Gold, tirée de Built on Glass (2014). Et puis, c’est reparti. Incompréhension de la part du public. Semblerait que le nouvel EP de Nick Murphy Missing Link, sorti en mai dernier, n’a pas été très écouté.

Pendant l’heure qui suit (qui a certainement semblé beaucoup plus longue aux yeux de certains), Nick Murphy alterne entre une chanson électro aux rythmes intenses et l’une de ses chansons mieux connues du projet « Chet Faker ». Sans exception, les chansons de Chet Faker sont acclamées, alors que celles de Nick Murphy semblent moins attendues. Le public est réticent à la nouveauté? Pourtant, il a su montrer son appréciation pour les nouvelles chansons de Charlotte Cardin en première partie…

Puis, Talk is Cheap commence. La foule pardonne tout à Chet… ou plutôt à Nick. L’ambiance change du tout au tout et l’attention est à nouveau portée sur le spectacle. Le public a enfin ce qu’il veut (depuis longtemps). Tellement, que lorsque la chanson se termine pour laisser place au nouveau style électro de l’artiste, plusieurs quittent la salle.

Il est fort à parier donc que le succès du projet « Chet Faker » en est pour beaucoup dans le booking de deux dates au nouveau MTELUS. Malheureusement pour ceux qui s’attendaient à un remake de la tournée Built on Glass en 2014, c’est raté. Dommage, parce que c’était bien meilleur.

Alors, on se permet un peu de nostalgie finalement?

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires