Norah Jones
Critique Publié le

Norah Jones à la Salle Wilfrid-Pelletier I Une aura incommensurable

Pour la soirée d’ouverture du 40e Festival International de Jazz de Montréal (FIJM), Charlotte Cardin animait la Place des Festivals tandis que plus tôt, une invitée de marque était programmée à la Salle Wilfrid-Pelletier. Devant trois mille spectateurs subjugués, Norah Jones aura offert hier soir une performance musicale, et surtout vocale, dont elle seule a le secret.

 


 

À quelques minutes du début du spectacle, les travées de la Place des Arts sont encore bondées. Dans l’immense file qui permet d’atteindre la Salle Wilfrid-Pelletier depuis la rue Ste-Catherine, les retardataires s’impatientent de voir à l’œuvre la fille de Ravi Shankar pour sa cinquième venue au FIJM. Il faut dire que depuis 2002 et la parution de son premier album Come Away With Me (20 millions d’exemplaires vendus et 5 Grammy Awards), l’artiste américaine a connu un succès exponentiel faisant d’elle l’une figure de proue du jazz vocal contemporain.

Une voix de velours

C’est avec vingt minutes de retard que la batterie, la basse et le piano font leur entrée sur scène, permettant ainsi aux derniers sièges manquants d’être comblés. Dans une ambiance feutrée de couleur bleuâtre, les premières notes de Just A Little Bit sont jouées tandis qu’une Norah Jones scintillante rejoint discrètement le trio pour donner très rapidement des frissons à la foule enthousiaste.

Dotée d’une voix de velours, celle qui vient de fêter ses 40 ans ne manque pas de ressources et cherche constamment à se renouveler, comme l’en témoigne la richesse des titres de son répertoire qui fera réagir les spectateurs à l’écoute de Those Sweet Words, ou encore de l’entraînante Say Goodbye dont le riff reste dans la tête. Assurément l’une des meilleures du set, avec la profonde My Heart Is Full en rappel.

Revenant récemment dans la lumière des projecteurs avec la parution de Begin Again, la chanteuse aura interprété durant cette soirée des titres de ce septième album en carrière, mais aussi des anciens morceaux. Un exercice au combien réussi qui prouve que la quadragénaire se sublime toujours plus quand vient le temps de monter sur scène.

Même si elle ne parle que très peu entre ses pièces et que l’heure et demie de spectacle reste assez linéaire, l’essentiel n’est pas là. Il est dans sa faculté à transporter son spectateur dans un tourbillon de notes sensibles qui tirent leurs origines évidemment du jazz, mais aussi de nouvelles influences comme le blues. Sur quelques titres, l’artiste s’amusa d’ailleurs à expérimenter un son plus graveleux. Elle prendra la guitare sur Waiting ou Hey You pour prouver aux spectateurs que devant eux se dresse une artiste à l’aura incommensurable, une multi-instrumentiste qui séduit toutes les générations.

Si la maîtrise du manche aura été évidente durant ces pièces, c’est tout de même derrière son piano qu’elle excelle. Car lorsque Norah Jones effleure les touches de son piano, elle démontre en quelques secondes les raisons de son succès à travers le monde. Couplé à son timbre si reconnaissable, des moments tels que l’enchaînement de Come Away With Me et Sunrise auront sans doute subjugué le public montréalais qui retrouvait l’artiste, deux ans après sa venue dans cette même salle à l’acoustique parfaite.

On ne s’en lassera jamais, oh que non.

 

Liste des chansons

  1. Just A Little Bit
  2. It Was You
  3. Got To See You Again
  4. Those Sweet Words
  5. Begin Again
  6. Wintertime
  7. Nightingale
  8. Song With No Name
  9. Say Goodbye
  10. Waiting
  11. Hey You
  12. Come Away With Me
  13. Sunrise
  14. Black
  15. Travelin On
  16. Nearness/Painter
  17. Don’t Know Why
  18. Flip Side
  19. Carry On

Rappel

  1. My Heart Is Full
  2. Don’t Be Denied / What Am I To You
  3. Lonestar / Angel Dream  

Vos commentaires