Festival OUMF
Critique Publié le

OUMF 2015 | Dernier jour du festival avec Syzzors, CRi et BADBADNOTGOOD

C’est sous la pluie que s’est déroulée la dernière soirée du festival OUMF qui avait lieu sur la rue St-Denis pour célébrer la rentrée.


Malgré l’ambiance un peu glauque due au mauvais temps, les groupes présents n’avaient rien de maussade, bien au contraire!

La soirée commença avec les jumelles de The Muscadettes et s’est ensuite déplacé vers la petite scène du festival avec le trio montréalais Syzzors.

 

Syzzors

Leur performance commença avec une pièce de circonstance, Rain. Par la suite, le groupe continua sur leur lancée avec les morceaux de leur EP Collage et de leur plus récent, Leo, sorti en mai 2015. Au fil des chansons, on se mouvait entre des pièces rythmées et électroniques transportées par la présence de la voix à la Haim de la chanteuse Raphaëlle Chouinard.

Sur scène, on sentait le trio dans son élément et leur complicité était palpable. Les interventions de Chouinard avec le public (qui était plutôt nombreux malgré la température peu clémente) les rendaient également accueillants et accessibles. Il faut aussi mentionner la présence d’un homme qui ne se gênait pas pour faire des commentaires enthousiastes entre les morceaux, ce qui a rendu ces moments plutôt cocasses.

La performance du trio se termina avec la pièce plus dansante That G Word qui fit danser quelques festivaliers. Chouinard se permit même de faire chanter le refrain à la foule, ce que celle-ci fit, mais avec un peu de retenu.

CRi.

Pendant que Heat jouait sur la grosse scène du festival en face de l’UQAM, le deuxième à se produire sur la petite scène plus loin sur la rue St-Denis était le jeune producteur électronique CRi, bien connu maintenant pour ses apparitions dans plusieurs festivals dont Osheaga, le Piknic Electronik et l’IglooFest.

Accompagné de sa partenaire Ouri, tous deux vêtus de noir, concentré sur leurs claviers et leurs contrôleurs midi, CRi offrit une première pièce aérienne à la petite foule qui s’était tranquillement assemblée devant la scène.

Ce fut une performance intéressante, car l’artiste présenta des nouvelles pièces au public, dont l’une qui fut accompagnée par une chanteuse invitée, Gabriella Hook. Les morceaux de son EP Oda furent également mis de l’avant et constituèrent une bonne partie de la prestation. Il faut dire que malgré le statisme que requièrent ses instruments, CRi bougeait bien et semblait apprécié le déroulement de la soirée.

BADBADNOTGOOD

Commençant en quasi parallèle avec CRi, BADBADNOTGOOD donnait tout ce qu’ils avaient sur la grosse scène. Pas de Ghostface Killah cette fois-ci, mais le trio torontois était tout de même accompagné d’un saxophoniste pour l’occasion. Les morceaux interprétés étaient donc plus jazz que hip-hop, mais ils réussirent tout de même à faire bouger la foule et à allumer la place détrempée par la pluie.

Ce qui était frappant avec la prestation de BBNG était certainement leur facilité à improviser et à rendre des enchaînements musicaux des plus complexes paraître comme un jeu d’enfant. Leur talent était constamment à l’avant grâce au solo du bassiste Chester Hansen joué à une vitesse impressionnante, les enfilades rythmiques efficaces du batteur Alexander Sowinski (et, pourrait-on dire, ses interventions auprès du public) et le doigté affûté du pianiste Matthew A. Tavares.

Leur virtuosité n’a pas cessé d’éblouir la foule grâce à de longs moments d’improvisation. C’est aussi lors de l’avant-dernière pièce (une nouveauté!) que l’on a connu un moment bien particulier grâce au solo du saxophoniste. De manière inattendue, tous les autres membres du groupe se sont arrêtés de jouer pour laisser la place au saxophone qui, malgré une série de notes bien simple, réussit à mettre tout le public en complet ébahissement.

Le festival s’est conclu avec les performances de Foreign Diplomats et de Pierre Kwenders avec un DJ set. Toujours sous la pluie.

À l’an prochain, OUMF !

Vos commentaires