Passenger
Critique Publié le

Passenger au Corona | Seul et pluriel

Ce dimanche 21 octobre, le chanteur folk britannique Passenger était… de passage (autant la faire tout de suite) à Montréal pour la sortie de son nouvel album Runaway. L’artiste s’est produit pendant plus d’une heure et demi dans un théâtre Corona plein à craquer et enthousiaste. Retour sur un dimanche soir d’automne très chaleureux.


 

Il arrive, tranquille, détendu, guitare à l’épaule sous les ovations du public. L’artiste se présente, des cris isolés et des « I love you » se font entendre ce qui provoque l’hilarité du chanteur. On n’aurait pas songé que les fans de Passenger soient à ce point pas sages. Mais l’ambiance est bonne.

Nonobstant cet enthousiasme un peu trop prononcé mais bienvenu, le guitariste attaque par une de ses anciennes chansons Fairytales & Firesides. Aussitôt, le silence se fait et l’audience est captivée. Quel charisme ! On n’aurait pas cru avec son look de pote de bureau/jeune-papa qui fait un peu de musique la fin de semaine avec ses potes. Mais là, on est loin du musicien amateur tant au niveau de la voix, de sa dextérité à la guitare ou de sa présence sur la scène dont il occupe tout l’espace seul. Il l’expliquera plus tard qu’avant de connaître un certain succès, notamment avec son hit Let Her Go, l’artiste a joué pendant cinq ans dans les rues de Glasgow notamment. Et ça se ressent, quand il joue. Il a ce petit quelque chose qu’ont tous les artistes venus de nulle-part comme Dylan ou Springsteen et dont les bourgeois, avec toute la volonté du monde, n’arriveront jamais à insuffler dans leur musique.

Du rire aux larmes

Pardon pour ce titre usé jusqu’à la corde, mais c’est exactement ce que l’on ressent pendant tout le déroulé du concert. L’artiste prend souvent la parole pour raconter une anecdote amusante ou parler de la genèse d’une chanson, puis d’enchainer sur un titre à vous briser le coeur. Ce soir l’ascenseur émotionnel fonctionne à plein régime et Passenger est aux commandes des boutons par exemple avec sa chanson To Be Free, qui raconte la fuite de ses grands parents pendant la guerre, enchainée avec une magnifique reprise de The Sound of Silence du duo mythique Simon and Garfunkel.

« La fin est proche » comme dirait Rorschach aux funérailles du Comédien dans Watchmen. Enfin, proche mais pas tant, car il reste encore pas mal de pièces à jouer pour Passenger qui relance l’ambiance avec I Hate, dont tout le public reprendra le refrain à l’unisson à grand coup de Lai Lai Lai Lai ! Joe Dassin n’aurait pas fait mieux en son temps.

Après avoir interprété une chanson de son nouvel album Survivors, dont il attaquera le premier couplet avec malice sur l’air de la célèbre chanson homonyme des Destiny’s Childs, vient le moment où le musicien lance son titre le plus connu Let Her Go. Il s’en amuse d’ailleurs : « La plupart d’entre vous vont se dire : Oh, maintenant je vois qui tu es ! », dit-il au public qui s’esclaffe. Passé ce moment d’hilarité, la foule est aux anges et reprend chaque phrase de ce hit ! Un beau moment. Il faut dire qu’à sa sortie, cette chanson a été un véritable raz-de-marée qui a propulsé le chanteur en haut des charts et président d’honneur du SGCSAG (Syndicat des Gars qui Cruise en Soirée Avec leur Guitare). Merci au nom de tous les couples dont tu as contribué à la formation, Passenger !

Let Him Go

Il est temps pour Passenger de quitter la scène, devant un public debout qui reprend en choeur le refrain entêtant de Scare Away the Dark à base de ohoh. C’est vraiment intense comme moment, personne ne veut quitter la salle et tout le monde en veut encore. Et pour notre plus grand plaisir, l’artiste regagne la scène pour prolonger le concert.

Il attaque Dancing In The Dark du Boss (alias Bruce Springsteen). Décidément, cet homme à du goût ! Évidemment, la reprise est très bien faite à la sauce Passenger et là, encore une fois, tout le public s’y met pour l’accompagner sur les refrains. Puis l’artiste conclut sur la très rythmée Holes avant de quitter la scène en remerciant l’audience pour la énième fois.

Un beau dimanche soir, qui remet un peu de chaleur dans cet automne un peu morose ! Il ne manquait que le feu de cheminée pour que ça soit parfait.

Liste des chansons

  1. Fairytales & Firesides
  2. Life’s for the Living
  3. Hell Or High Water
  4. David
  5. To Be Free
  6. The Sound of Silence
  7. I Hate
  8. Survivors
  9. Suzanne
  10. Let Her Go
  11. Scare Away the Dark
  12. Dancing in the Dark
  13. Holes
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires