Pink Martini
Critique Publié le

Pink Martini à la Maison Symphonique | De grands classiques pour petits et grands

25 ans plus tard, Pink Martini et son répertoire multilingue continuent à nous émerveiller de ses grands classiques indémodables. C’est dans une reprise mondialement connue du Boléro de Ravel que la dizaine de musiciens marquaient la clôture samedi du Festival International de Jazz de Montréal 2019.

C’est tout naturellement dans la Maison Symphonique et son acoustique remarquable que le public avait la chance d’entendre le mini-orchestre mené par le pianiste Thomas M. Lauderdale et la chanteuse China Forbes, fondateurs en 1994 du groupe originaire de Portland.

Un répertoire qui séduit petits et grands

Avec un répertoire riche de près 25 langues différentes, Pink Martini a su séduire un public varié avec des interprétations qui traversent les générations telles que Amado Mio, sympathique ou encore Donde Estes. 

Pour Lauderdale, Pink Martini représente « une Amérique plus large, plus inclusive… l’Amérique qui reste le pays le plus peuplé du monde de façon hétérogène… composée de chaque pays, chaque langue, chaque religion. À l’exception des Amérindiens, nous sommes tous des immigrants de tous les pays, de toutes les langues et de toutes les religions. »

Le mini-orchestre musical est marqué par des influences, jazz, classique, musique latine et rythmes afro-cubains qui sont la marque de fabrique de Pink Martini. On retient la grande diversité du répertoire et la façon dont la dizaine de musiciens prend un véritable plaisir à jouer ensemble. Une douce ballade, sans fioriture ni excès. C’est bien la marque de fabrique de Pink Martini qui traverse les générations.

Une véritable célébration

Petits et grands s’étaient déplacés en nombre pour prendre part à cette célébration hier soir à la Maison Symphonique. La bonne humeur et l’humour de Thomas M. Lauderdale rendaient la salle joyeuse et festive. La voix de China Forbes et sa présence sur scène invitaient le public à participer activement au spectacle.

On célébrait hier la diversité, la femme et la joie de vivre. À de nombreuses reprises, la chanteuse invitait le public à se lever, à prendre part au spectacle, à faire le spectacle. C’est d’ailleurs par dizaines que les femmes de la salle étaient invitées à monter sur scène pour chanter en cœur I Am A Woman. Quelle joie d’assister à ces échanges, ces sourires et ce partage entre un artiste et son public !

On retient également l’interprétation de Jimmie Herrod, invité de Pink Martini, que l’on a pu remarquer à de multiples reprises depuis 2018. La voix du jeune artiste nous transporte, nous donne des frissons. Tout comme les solos du trompettiste Gavin Bondy. Quelle belle réussite pour Pink Martini et sa formule multilingue qui fonctionne toujours à merveille !

Face à l’affluence et un public qui répondait présent, Pink Martini s’est produit de nouveau dimanche, dernier jour de ce Festival International de Jazz de Montréal 2019 à la programmation fantastique.

Événements à venir

Vos commentaires