Five Finger Death Punch
Opinion Publié le

Pourquoi Five Finger Death Punch est un groupe nuisible, surtout au Québec

C’est drôle quand même, ça fait deux gros festivals qui mettent Five Finger Death Punch en tête d’affiche et qui sont en difficulté l’année d’après. Une preuve que ce groupe n’est bon pour personne à part des rednecks américains et des douche-métalleux. Mais surtout, une preuve qu’il y a de l’espoir au Québec, que les gens ont encore du goût en matière de musique.

Coup de poing mortel à cinq doigts. Kossé ça, me demanderez-vous. Même moi, arrivant d’Europe il y a quelques années, je n’avais jamais entendu ce nom avant le Heavy MTL 2016, suivant pourtant l’actualité « métal » (pardonnez-moi de salir ce terme en l’employant près de ce groupe).

FFDP de leur petit nom, c’est un groupe de Las Vegas formé en 2005, qui fait du groove métal d’américain moyen des régions qui vote Trump, aime le capitalisme, les armes pour tous, les militaires et tout ça. Et chez l’Oncle Sam ça remplit des petits stades. Mais au Québec, on dirait que ça marche moins. Et tant mieux !

 

Acte 1 : Heavy MTL 2016

Le festival montréalais peine à remplir son affiche et annonce dans ses gros noms Disturbed et FFDP. Heille, déjà c’est un manque de respect de mettre ça en haut de l’affiche, par rapport aux quelques groupes légendaires – actifs depuis les années 80 ou 90 – qui jouent sur le festival.

Bon ok c’est normal de vouloir vendre des billets avec des groupes commerciaux qui attirent les masses. Mais de là à nous ramener les champions de ce que certains appellent du douche metal ? Une décision sanctionnée par des mauvaises ventes de billets. Une foule pas si compacte, la moitié est rentrée sur invitations et billets gagnés. Et surtout une plaine à moitié vide pour assister au spectacle de FFDP. Le public montréalais a voté. Et voilà, mauvais bilan, le festival annule son édition 2017.

Acte 2 : Rockfest 2018

En fait, ça faisait quelques années que le Rockfest écrasait un peu la programmation du Heavy « Not so Heavy » MTL en sortant toujours des affichés hétéroclites et adolescentes mais toujours intéressantes. Sauf que cette année, difficile de trouver des noms bien excitants sur l’affiche, l’inspiration est en baisse, les mêmes groupes encore, mais devinez qui on retrouve dans les têtes d’affiche ? Nos amis américains.

Et même si le public Rockfest est plus large et commercial, il ne bande pas tant que ça pour FFDP. A part le mec saoul avec sa calotte Metallica qui trouve que ça torche vraiment, comme tous les autres groupes d’ailleurs, parce qu’en fait il s’en fout un peu de la musique lui. Il prend ce qu’on lui donne, comme les milliers de billets donnés cette année. Et voilà que le festival annonce des difficultés financières, menaçant la prochaine édition.

Culture Rock, un public conscient

Evidemment, il n’y a aucun lien direct entre ce groupe et les problèmes financiers ou difficultés des festivals, c’était une blague. Encore qu’ils doivent sûrement charger bien trop cher pour ce qu’ils sont. (ok j’arrête, ils savent jouer, mais sérieusement est-ce qu’il y a un de tes chums que FFDP c’est SON band ?…)

Mais il y a quand même des constats à faire. Lorsqu’un évènement de l’envergure du Rockfest ou du Heavy MTL en arrive à mettre FFDP dans ses gros noms, c’est qu’il y a un problème, comme un symptôme de mauvaise santé. Et finalement, il y a une belle conclusion à tirer de tout ça. Le public québécois possède une vraie culture rock, du punk au métal, et il ne s’y trompe pas. Il répond largement présent pour aller voir ses groupes classiques ou des sensations musicales réelles. Des vrais groupes qui vont créer un engouement, déplacer des foules en allant les chercher quelque part au cœur d’une culture musicale passionnée et profondément ancrée. Mais on ne l’aura pas avec des artistes médiocres. FFDP peuvent bien rester chez Mickey avec Donald.

Vos commentaires