Chloé Breault
Entrevue Publié le

RADARTS – Chloé Breault sur la route des provinces atlantiques | Rencontres électriques

L’auteure-compositrice-interprète Chloé Breault sillonne présentement les provinces atlantiques afin de présenter son plus récent EP, «Love», lancé en octobre 2017. La tournée «Radarts» emmènera l’artiste dans 12 villes, dans lesquelles elle se produira avec une formule trio. Possédant la douceur de la pluie et l’énergie de la foudre, Chloé Breault s’ouvre sur son parcours et nous raconte ses expériences sur la route.

S’éloigner des clichés et expérimenter

Ce que Chloé Breault apporte à la scène folk/pop est assez unique, car son instrument de prédilection est la guitare électrique plutôt que l’acoustique. Une rareté. « J’ai commencé à faire de la musique avec une guitare acoustique, et j’ai fait ça pendant longtemps. C’est seulement récemment que j’ai débuté à jouer de l’électrique, il y a environ deux ans. En fait, je n’étais pas portée vers ça, avant que je ne commence des cours de basse électrique. J’ai appris cet instrument au Cégep, et par la suite, j’ai continué, notamment en jouant avec Cédric Vieno, un artiste bien connu en Acadie. Je joue maintenant de la basse dans le groupe BAIE, où je fais des choses que je ne pourrais pas nécessairement faire dans mon projet solo. »

Elle mentionne ensuite qu’il y a désormais place à plus d’expérimentation. « J’ai réalisé qu’on pouvait aller chercher d’autres sons grâce aux pédales d’effets de guitare, comme le tremolo, le reverb et le delay… D’ailleurs, ça va donner une direction un peu plus pop à mon prochain album. Je m’amuse et j’essaie différentes choses! » dit-elle, un sourire dans la voix.

Spectacles en formule trio

Pour cet EP enregistré dans la Péninsule acadienne, elle a compté sur la présence de plusieurs collaborateurs talentueux: le multi-instrumentiste et réalisateur Pascal Lejeune, le bassiste Nicolas Basque, la pianiste et accordéoniste Isabelle Thériault, ainsi que le claviériste Kevin McIntyre. Elle fait part du processus créatif de son EP, qui a vraiment été la transition entre les styles folk et pop, « même s’il y a quand même beaucoup de chansons qui sonnent folk sur l’album ».

Pour les spectacles de la tournée actuelle, Chloé Breault se produira avec une formule trio, avec Matt Boudreau aux synthétiseurs et Nicolas Basque à la basse. Elle indique toutefois que ce n’est pas un spectacle typiquement folk, avec une chanteuse s’accompagnant à la guitare acoustique. « On reste quand même dans la musique pop. Aussi, on fait une version plus poussée du EP. On a voulu aller un peu loin avec les chansons, et on va en jouer des nouvelles, en plus de celles qui ont sur le EP. On va faire environ 1h15 de matériel à chaque show. Un EP ne suffisait pas! »

Chloé Breault, photo par David Champagne

Tournée des provinces atlantiques

Chloé Breault relate que la tournée débutée à Shippagan (NB) récemment se déroule très bien. « À date, on a fait deux spectacles sur les douze, et ça s’est super bien passé. On a eu le temps de jaser avec les gens. J’adore ça. Je crois que ça va être comme ça pour le reste de la tournée! », raconte-t-elle.

Questionnée quant à ses préférences entre les festivals ou les spectacles plus intimistes, elle dit apprécier les deux, mais avoir une prédilection pour ces dernières. « C’est vraiment différent! Dans les festivals, j’ai pu jouer avec un groupe complet comprenant une drumeuse, par exemple. Mais j’aime aussi les plus petites salles, car on peut prendre le temps de parler avec les gens, et entrer dans les détails. »

À travers ce périple maritime, elle visitera également Edmonton en Alberta et ira passer une semaine en France (!). Comment fait-elle pour combiner tous ces déplacements, malgré le stress qui peut survenir? « Il s’agit surtout de gérer sa fatigue. On commence à être habitués à prendre l’avion, à être sur la route. Il faut essayer de profiter de chaque petit moment que tu as dans la solitude pour relaxer et fermer les yeux. Rester positif et de bonne humeur, ça aide aussi! »

Et la suite des choses? « Si tout va bien, j’aimerais faire un lancement à l’automne prochain. J’ai fait beaucoup de tournée cette année. Je suis allée deux fois en Europe avec mon projet, dans le sud de la France, pour une résidence artistique, afin de monter mon spectacle et l’adapter à la scène française. J’ai aussi participé à deux festivals, où je jouais 3 ou 4 trois dans chacun. Je ne sais pas encore si je vais faire autant de tournée l’année prochaine… Cet hiver, je me concentre sur mon album », expose-t-elle. « Il sera vraiment plus pop que le EP. Je vais commencer à l’enregistrer en janvier ou février 2020. »

Chloé Breault sera sur la route pour sa tournée Radarts, notamment à Saint-Jean (Terre-Neuve-et-Labrador) le 14 septembre et à Moncton (Nouveau-Brunswick) le 18 septembre. Elle terminera son voyage musical à L’Île-du-Prince-Édouard, le 8 novembre, où elle se produira à Charlottetown. À ne pas manquer, pour des moments tout en délicatesse, où l’on pourra entendre la force tranquille qui émane de cette auteure-compositrice-interprète unique et originale.


* Cet article a été produit en collaboration avec RADARTS.
Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires