Rejjie Snow
Critique Publié le

Rejjie Snow à l’Astral | Une certaine lassitude

Le rappeur irlandais Rejjie Snow est venu mettre de l’ambiance à Montréal dans le cadre de la sortie de son dernier album, Dear Annie. Sans donner une performance qui est sortie de l’ordinaire, il a su donner au public ce qu’il désirait : une bonne présence scénique, une voix claire et précise et surtout, l’élément le plus important, sa main, à toutes les personnes en extase qui ont pu la toucher.


Après un temps d’attente raisonnable, mais une foule qui n’en pouvait visiblement plus d’attendre, Rejjie Snow fait son entrée, l’air détendu et assuré, aux tons de Hello, morceau d’introduction sur son dernier album Dear Annie. Dès la fin de la pièce, il demande à Montréal de s’applaudir, ce qu’il fera une deuxième, puis cinquième, puis dixième fois, bref nous aurions entendu intermèdes plus originaux.

Sa performance était plutôt égale au fil du concert, toujours bien articulée, une voix forte et un dynamisme remarquée. C’est toutefois la différence musicale de ses morceaux qui a rendu la soirée spéciale. La beauté de la musique de Rejjie Snow réside dans la variété que proposent ses morceaux, on peut passer d’un morceau plus chanté comme Désolé, à quelque chose de très dansant comme Egyptian Luvr pour ensuite retourner à un registre plus trap avec Flexin’, par exemple.

Un désavantage pour l’artiste est probablement le fait qu’il aime beaucoup s’accompagner d’autres artistes sur ses morceaux, réduisant ainsi le nombre de couplets qu’il chante par lui-même. Il lui est arrivé, pendant le concert, de couper court à certaines chansons, puisque le couplet qui suivait était celui d’un autre artiste, qui n’était évidemment pas présent.

Après Charlie Brown, single bien connu par tous les fans présents, il est revenu sur scène pour son rappel, 1992, qui s’est terminé très rapidement. Rejjie Snow est resté quelques brèves secondes sur scène pour remercier ses fans, redisant encore une fois à Montréal de s’applaudir, puis est reparti en un coup de vent. Départ ma foi hâtif.

La Montréalaise Shay Lia en première partie

Shay Lia, chanteuse basée à Montréal, a assuré la première partie du spectacle. Cette artiste a un historique plutôt intéressant : elle a été connue comme la «Boiler Room Girl» après avoir été vue dans une vidéo de Kaytranada, dansant derrière lui pendant son DJ set. Elle se fait ensuite repérer grâce à une vidéo prouvant ses habiletés musicales… par Kaytranada! Shay Lia est présente sur l’album 99.9% du beatmaker montréalais, sur la chanson Leave Me Alone, qu’elle a d’ailleurs interprété avec brio pour clore la soirée.

Tristement, malgré sa voix très impressionnante lorsqu’écoutée sur un morceau enregistré, sa performances n’a pas rendu justice à son talent. Tout ce qui était interprété dans un registre plus grave se perdait dans la salle, le playback utilisé trop souvent noyait également sa voix et la chanteuse ne semblait pas totalement à l’aise sur scène, jusqu’à la toute fin, les trois dernières chansons créant une césure avec le reste de la performance.

 

Grille de chansons

  1. Hello
  2. Rainbows
  3. Pink Lemonade
  4. Room 27
  5. Mon Amour
  6. Black Pancakes
  7. Egyptian Luvr
  8. D.R.U.G.S
  9. The Ends
  10. Sunny California
  11. Spaceships
  12. Pink Flower
  13. Olga
  14. Blakkst Skn
  15. Désolé
  16. Loveleen
  17. Bye Polar
  18. Annie
  19. Flexin’
  20. All Around The World
  21. Charlie Brown

Rappel

1992

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires