Les Goules
Critique Publié le

Retour des Goules à la Sala Rossa | Défoulement collectif !

Sans crier gare, Les Goules surgissaient d’un coma de 9 ans, le mois dernier, avec un tout nouvel album aussi inattendu qu’apprécié. Et vendredi soir, c’était le moment pour un retour sur scène dans une Sala Rossa pleine à craquer, qui s’est transformée en véritable foire bestiale. Retour sur une folle soirée de sueur, de bière et de chansons punk-métal cultes.


On a beau adorer la carrière solo plus sérieuse de Keith Kouna, qui en est rendu à 3 (très bons) albums hors-Goules, il demeure qu’on s’ennuyait grandement de cette folle bande de personnages absurdes et colorés, aussi grossiers que sympathiques.

À entendre 300 personnes gueuler « Moé j’ai ma taupe dans’ police » à tue-tête en début de show, il faut croire qu’on n’était pas les seuls !  « Je constate que vous êtes à la même place qu’il y a 9 ans », souligne de manière un peu baveuse Kouna, avant d’admettre que « finalement… nous aussi! »

C’est vrai qu’ils n’ont pas pris une ride, les Goules. Un peu de grisaille dans les barbes, sans plus. Pour le reste, les guitares demeurent mordantes, les mimiques caricaturales, l’énergie dans le tapis, et Kouna beugle avec une maîtrise qui rappelle ses belles années plus rock (à part pour Les Animaux, chanson au registre visiblement trop haut pour l’accoter aujourd’hui).

La grille de chansons comportait tous les classiques : Kill, Crabe, Biker, Dynamite, Fétiche, Vendeur, La Ville, la parano Baleine et la très courte mais brutale Pendaison, mais aussi la presque totalité du nouveau disque. Les adeptes des Goules n’avaient qu’un tout petit mois pour se familiariser avec celui-ci, disponible seulement en ligne sur leur site Bandcamp et chez quelques disquaires indépendants. Pourtant, quelques-uns des nouveaux titres résonnaient autant que les anciens, dont Parle Parle et Bouddha, d’entrée de jeu. À entendre le public embarquer dès celles-ci, Les Goules ont dû se sentir immédiatement à l’aise pour la suite des choses, qui s’est transformée en véritable malstrom, une tempête imposante créant un moshpit occupant facilement la moitié de la salle.

C’est un joyeux bordel, un show des Goules. C’était le cas il y a 15 ans. Il y a 9 ans aussi. Et en 2016 itou.  Vivement leur retour !

On aura d’ailleurs l’occasion de les revoir en festivals cet été. Le Festif! de Baie St-Paul l’a déjà confirmé, mais il ne serait pas étonnant de les voir à l’oeuvre aux FrancoFolies de Montréal aussi…

Grille de chansons

  1. Parle Parle
  2. Bouddha
  3. Taupe
  4. Matelot
  5. Fifotte
  6. Coat de cuir
  7. Blanc Boeuf
  8. Coma
  9. Piranhas
  10. Folk
  11. Les Animaux
  12. Fétiche
  13. Kill
  14. Régimes
  15. Vendeur
  16. Pendaison
  17. Baleine
  18. Crabe

    Rappel

  19. Biker
  20. Dynamite
  21. Ville

 

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires