Feist
Critique Publié le

Retour en photos | Inauguration du Théâtre Corona Virgin Mobile avec Feist et Coeur de Pirate

Le Théâtre Corona officialisait son mariage avec la compagnie de téléphonie mobile Virgin Mobile mardi soir, à l’occasion d’une sympathique soirée d’inauguration. Avec Feist et Coeur de Pirate toutes deux présentes pour un concert et Kele, de Bloc Party, qui chatouillait ensuite les platines en fin de soirée, Sors-tu.ca a bravé la tempête de sloche pour y assister.

Photo par Marc-André Mongrain.

Alors, qu’a-t-il de si nouveau, ce bon vieux Corona?  Une façade habilement modernisée, avec panneau lumineux et bande défilante électronique annonçant les prochains concerts à venir.

À l’intérieur, si peu. L’édifice historique avait déjà tout ce qu’il faut. Bon, on a ajouté quelques nouvelles illustrations sur les murs et renommé le balcon côté cour « Loges des membres Virgin Mobile « . Ça fait plus V.I.P.

Sinon, pas de wi-fi gratuit. Bizarre pour une commandite de compagnie de téléphonie mobile… On suppose qu’il s’agit d’une astuce pour que les membres Virgin Mobile grugent leur réseau 3G Virgin Mobile, gonflant ainsi leur facture Virgin Mobile.

Et le spectacle?  Sympathique. Mais personne ne semblait vraiment être là pour ça, la soirée prenant plutôt des airs de 5 à 7 presque corpo.

Coeur de Pirate l’a appris à ses dépends. « Bonsoir, mon nom est Béatrice et j’ouvre pour Feist », a-t-elle lancé coquettement avant de débuter une charmante prestation d’une trentaine de minutes, seule au piano.  Pendant que les convives jasaient et que le public entrait au compte-goutte dans le Théâtre Corona, Coeur de Pirate chantait Cap Diamant, puis Adieu, Ensemble et Comme des enfants, avec son appréciable délicatesse habituelle. Cerise sur le gâteau : Last Christmas de Wham. Cute.

Puis, c’était au tour de Feist, formule trio, qui prenait visiblement cette soirée pour un jam exploratoire où chacune des chansons (ou presque) était réinventée. Aux So Sorry, Graveyard, I Feel It All et A Commotion se sont intégrées des versions carrément « remix » de The Limit To Your Love, My Moon My Man et une version-clin-d’oeil méconnaissable de 1-2-3-4 – que Feist n’interprète plus en concert – uniquement avec des échantillonnages. De toutes les paroles de la chanson originale, seulement « Oh, teenage hopes » demeurait. Vague évocation que la majorité des gens n’aura probablement même pas reconnue.

Tant qu’à se la jouer « expérimentale », Feist a même poussé l’audace jusqu’à inclure une interprétation de Black Tongue du groupe metal Mastodon, relecture surprenante tirée du single conjoint Feistodon, lancé lors du Record Store Day 2011.

 * Merci à @martinboyer888 d’avoir attiré notre attention sur cette vidéo.

Photos en vrac
par Marc-André Mongrain

Événements à venir

Vos commentaires