Rétrospective de l'année
Nouvelle Publié le

Rétrospective 2018 | Quelques moments marquants en spectacle cette année!

On ne compte plus vraiment le nombre impressionnant de spectacles qui se sont déroulés à travers le Québec en 2018. Parmi ceux-ci, nombreux ont été couverts par Sors-tu.ca et pour cette fin d’année, on revient sur quelques moments marquants en spectacle cette année!

Brockhampton
6 février au Théâtre Corona

Ils ont mis le feu, et m’ont fait sentir très vieux. D’avoir des gens qui occupent tous ces postes différents dans leur entourage immédiat permet à Brockhampton d’avoir une image, une brand, vraiment définie. Pis ça, c’est toujours un plus en spectacle. Parce que si il y a une esthétique claire, non seulement la mise en scène sera nécessairement plus cohérente, mais surtout, les fans vont pouvoir se l’approprier. (Joshua Lessard)

  À Osheaga 2018, photo par Loïc Fortin

Pierre Lapointe
15 juin au Francos

Spectacle de tristesse assumé, La science du cœur ne fait pas dans les arcs-en-ciel et la joie de vivre. En même temps, lorsque l’on connaît un peu le personnage, on sait que sous des dessous colorés et pimpant se cachent un être attiré par la mélancolie et les blessures de l’amour. Rassemblant ses meilleures chansons tristes, l’auteur-compositeur-interprète a su bien doser les choses lors de son passage au Théâtre Maisonneuve dans le cadre des Francos de Montréal. (Amélie Boudreau)

Photo par Loïc Fortin

Neil Young
6 juillet au FEQ

Peut-être pas aussi flamboyant que le passage des Foo Fighters sur la même scène quelques jours plus tard, mais la première prestation de Neil Young à Québec aura été le fait marquant de l’année 2018 dans la Vieille Capitale. Un artiste toujours aussi intègre passé ses 70 ans, c’est rare que l’on voit ça. Entouré de musiciens beaucoup plus jeunes que lui, il a offert une prestation généreuse à sa manière: un mélange de hits et de longs jams. Mémorable. (Mathieu April)

Photo par Daniel Bouchard

Gorillaz 
9 octobre au Centre Bell

Damon Albarn est débarqué à Montréal avec ses collaborateurs et tout son attirail visuel à l’effigie des personnages animés de Gorillaz, et ça a donné lieu à l’un des meilleurs « shows de Centre Bell » des dernières années! Avec une qualité du son exceptionnelle dans les circonstances, des éclairages parfaitement calibrés, les animations projetées, mais surtout un setlist diablement efficace et des invités de marque en Pos et Dave de De La Soul, Booty Brown et l’excellent Peven Everett (qui assumait de manière  magnifique les couplets de feu Bobby Womack), on a eu droit à une soirée de GRANDE qualité avec Gorillaz. (Marc-André Mongrain)

* Photo par Mathieu Pothier de Bible urbaine.

Mitski
21 octobre au Club Soda

Cette année à été vraiment weird parce que j’ai un peu perdu le goût de sortir dehors. J’ai jamais été aussi contente de quitter de mon appart que quand je suis allée voir Mitski. J’avais besoin de l’entendre en vrai, et le reste de la foule aussi. J’ai été bouche bée par l’attention qu’elle porte à son art, et sa maitrise de l’espace, de sa voix, de sa personne. (Florence Ramsay)

Photo par Laurie-Anne Benoit

Richard Reed Parry
13-24 novembre à la SAT

L’album Quiet River of Dust est déjà sublime, alors quand un artiste saisit toute la puissance technologique de la SAT pour proposer un spectacle-concept, ça donne 75 minutes de pur bonheur couché sur des coussins. Durant ces beaux instants sous la Satosphère, Richard Reed Parry aura fait plonger son public sous l’eau ou au coeur des forêts, rendant l’humain infiniment petit face à la nature. L’immersion visuelle était magistrale et s’accompagnait d’une trame sonore remarquablement interprétée par les musiciens sur scène. C’était une expérience ultime où convergeaient les arts de la scène et visuels! (Victor Perrin)

Photo par Sébastien Roy

Vos commentaires