RY X
Critique Publié le

RY X au National | Force tranquille

Dimanche soir, dans le cadre des spectacles Jazz à l’année présentés par le Festival International de Jazz de Montréal, l’Australien RY X était de passage au National affichant complet depuis longtemps déjà. Venant y présenter sa tournée Unfurl, le chanteur a donné une bonne prestation bourrée d’émotions et de sons particuliers, mais qui aura laissé en quelque sorte les spectateurs sur leur faim.

RY X en parfait contrôle

Bien que la soirée ait drôlement commencé alors que l’entrée sur scène de l’artiste a été retardée par une alarme de feu, RY X est venu tout apaiser en un rien de temps. Dès qu’il a commencé à jouer de sa guitare et à utiliser l’instrument puissant qu’est sa voix, un silence s’est abattu sur la foule afin de mieux entendre le spectacle. Sur scène, il sait exactement ce qu’il fait et le résultat se fait très bien entendre musicalement.

Entouré de ses trois musiciens et de ses multiples instruments, RY X semble tout maîtriser. Il loop certains sons, chante en harmonie avec ses musiciens et joue de sa guitare ou de son clavier. Le tout donne un résultat progressant assez lentement, mais qui devient tout à fait planant lorsque tous les sons se combinent et que l’intensité atteint son apogée.

Très bon, mais aussi très court

Le spectacle était sans aucun doute une réussite. Cependant, la durée de ce dernier laissait à désirer. Arrivant sur scène vers 22h et jouant à peine plus d’une heure, les fans ont seulement eu droit à neuf chansons… Était-ce suffisant ? Oui, en quelque sorte, mais on en aurait voulu plus, surtout en voyant la qualité musicale qui émanait de l’heure qui venait tout juste de passer.

L’artiste envoûtant a joué des chansons provenant de son plus récent album Unfurl, mais aussi de Dawn. De son dernier, ce sont les titres The WaterCoven et YaYaYa, entre autres, qui ont pu être entendus. Les autres chansons jouées telles que BerlinSweat et Howling ont également été accueillies chaudement. Ces titres semblaient bien couvrir le répertoire de l’Australien, mais laissaient tout de même la setlist un peu maigre.

En bref, la soirée en compagnie de RY X a été paisible, mais bien rythmée par moments. Mélangeant les styles et définissant ses propres règles, il allait de soi qu’il allait transporter les fans complètement ailleurs. Présentant un spectacle modeste, mais grandement efficace, RY X a fait ses preuves en tant qu’artiste et a semblé donner un nouveau sens à ses chansons.

Charlie Cunningham

En première partie, c’est Charlie Cunningham qui a saisi le micro et capté toute l’attention de la foule.

Saisissant sa guitare et s’installant sur une chaise, Charlie Cunningham est entré sur scène en toute modestie, s’est présenté et a tout de suite commencé à jouer. Ses talents de guitariste n’ont pas tardé d’impressionner l’auditoire qui s’est rapidement laissé transporter dans l’univers acoustique de l’auteur-compositeur-interprète anglais. Jouant ses titres comme Lights Off ou Minimum, Cunningham a définitivement charmé la foule qui laissait souvent échapper des cris d’encouragement et qui n’hésitait pas à se faire entendre à la fin des chansons. Il a également profité de l’occasion pour annoncer qu’il sera probablement de retour en septembre pour y jouer son propre spectacle. À suivre…

Artistes
,
Villes
Salles

Événements à venir

Vos commentaires