Sam Roberts Band
Critique Publié le

Sam Roberts Band au Théatre Corona | Home sweet home

Retour au bercail ce vendredi pour Sam Roberts, qui bravait les Celsius afin de venir servir une portion de confort au public du Corona. Parce que c’est ça, le spectacle de Sam Roberts, du comfort food. Rien de grande flamboyance (à part de très gros néons), mais une bonne vieille recette qui rend tout l’temps heureux. (Et pour ceux qui sont du genre à se reprendre une deuxième assiette, ou qui ont manqué le premier service, Roberts rejoue encore une fois ce soir, même heure même poste.)


La figure princière de Notre-Dame-de-Grâce et son groupe reviennent à Montréal entre autres pour présenter leur tout dernier compact, Terraform. Un album qui délaisse un tout petit peu les sonorités électro, ou du moins plus expérimentales, que la formation avaient commencé à prendre avec leurs derniers projets, au profit du rock accrocheur qui a été le ciment de leurs débuts.

C’est d’ailleurs avec If You Want It, un des singles de l’album, que commence la soirée. Et outre pour un keyboard plus présent, c’est une pièce qui aurait très bien pu paraître sur les premiers albums. La base est toute là: mélodie archi-accrocheuse, harmonies vocales au refrain, feeling de rock des années 70 mélangé au stadium rock plus contemporain.

En bonus, la belle gueule de Samuel.

Parce que là on va se le dire, et c’est en toute jalousie que je l’admets, mais maudit qu’y est beau c’t’enfant-là.

Beau et en plus y’est fin.

Tellement fin que 1$ sur chacun des billets vendus pour les deux dates montréalaises (et subséquentes, si on a bien compris) sera remis à la fondation War Child.

Peut-être était-ce cette sensation de devoir accompli qui a aidé le public à être aussi participatif, mais en tout cas, les « I love youuuuuu » fusaient de toute part dans la salle et le classique Where Have All the Good People Gone a même réussi à faire lever debout et à faire se trémousser le monde au balcon.

 

 

HOLLERADO EN OUVERTURE

C’est Hollerado, compatriotes canucks, qui ont assuré la première partie dans un désordre sympathique.

Des petits accrochages ici et là et deux musiciens superflus sur la scène (un 3e guitariste qui faisait un peu de la figuration et un claviériste pas super nécessaire) n’ont quand même pas enlevé le charme de la formation qui nous ont offert une poignée de nouvelles chansons en plus de quelques canons tirés de leur vraiment excellent album de 2013, White Paint.

hollerado-corona-2016-04

Événements à venir

Vos commentaires