City and Colour
Entrevue Publié le

Santa Teresa 2017 | Entrevue avec Julien Aidelbaum : Le décompte est commencé !

La première édition du festival Santa Teresa arrive à grand pas. Du 27 au 29 avril prochain, le centre-ville de Ste-Thérèse s’animera, et son fondateur Julien Aidelbaum ne pourrait pas être plus fier. Sors-tu.ca a discuté avec lui pour tout savoir sur le nouvel événement.

L’affiche de Santa Teresa est plus qu’alléchante avec autant de l’émergence que du très établi. On peut y lire des noms comme Patrick Watson, City and Colour, A Tribe Called Red, The Franklin Electric, July Talk, Alaclair Ensemble, Suuns, We Are Wolves, et j’en passe.

L’idée de la création du festival a germé dans l’esprit de Julien Aidelbaum de façon plus que naturelle. Ayant grandi de l’autre côté du pont, à Ste-Rose, le fondateur fréquentait fréquemment le centre-ville de Ste-Thérèse. « J’ai toujours trouvé qu’il y avait une vibe au centre-ville de Ste-Thérèse. Ça bouillonne, ç’a toujours bouillonné. Il y a une certaine effervescence là, sans doute à cause du CÉGEP Lionel-Groulx. Il y a toujours eu dans l’air une passion pour la culture. »

Après trois ans à faire mariner l’idée d’un festival, Julien Aidelbaum s’est finalement décidé à présenter un projet à la ville, qu’elle a accueilli sans hésitation. Ça s’appellerait Santa Teresa et ce serait un happening musical, artistique et gourmet. Le fondateur est ensuite aller discuter de l’idée avec les commerçants du centre-ville qui ont sauté sur l’occasion. « Vraiment, on a senti un endossement total », s’exclame Julien Aidelbaum.

Librement inspiré des festivals tels que le FME de Rouyn-Noranda et du Fun Fun Fun Fest d’Austin au Texas, Santa Teresa propose une approche « boutique », c’est-à-dire plus confortable, plus convivial. La majorité des spectacles se déroulant à l’intérieur dans des endroits clés du centre-ville, le festival offre une façon différente d’arpenter la ville aux trousses de ses artistes préférés.

Le festival s’est gâté pour une première édition en dénichant des artistes très courus. La prise coup de coeur de Julien Aidelbaum? Le spectacle solo de City and Colour à l’Église Sainte-Thérèse-d’Avila. Il soutient que ce sera une première et une expérience concert jamais vue. Il se dit quand même tout aussi satisfait de l’affiche au grand complet, un brin de fierté audible dans la voix, mariant parfaitement l’émergence à l’actuel, l’art à la musique.

Transport facile (même pour les Montréalais)

Vous habitez l’île de Montréal, vous vous dites que vous aimeriez aller faire un tour à Santa Teresa, mais c’est « trop loin »? Pas de problème, les organisateurs du festival ont pensé à tout et ont conclu des ententes notamment avec le Conseil intermunicipal de transport Laurentides pour offrir le service de navette gratuitement à partir de la station Montmorency sur présentation d’un billet pour Santa Teresa. Et pour ceux qui souhaitent s’éviter le métro, pour 10$, ShareTheBus propose un départ vers le festival à partir du Palais des Congrès de Montréal.

Avec la session qui finit au début du festival, il n’y aura rien de mieux pour lancer l’été. Bien qu’on ne soit pas dans le désert de la Californie à Coachella, Julien Aidelbaum est persuadé que l’option météo de Sainte-Thérèse est encore plus intéressante. « Avril, c’est le temps où 10 degrés ou 15 degrés paraissent comme 30 degrés! » Avez-vous déjà entendu quelque chose de plus vrai?

Santa Teresa propose d’aller explorer le centre-ville de Ste-Thérèse comme jamais auparavant, du 27 au 29 avril prochain lors d’une toute nouvelle expérience festival qu’on verra assurément l’an prochain et l’autre d’après et l’autre d’après! Une belle façon de célébrer la fin de session en grand. Les laissez-passer sont disponibles juste ici !


* Cet article a été produit en collaboration avec Santa Teresa.

 

Événements à venir

Vos commentaires