Santana
Critique Publié le

Santana au Centre Bell | Une soirée avec (pas mal plus que) Santana

Le guitariste de légende Carlos Santana passait par Montréal ce mardi le temps d’un concert titré An evening with Santana. En réalité, Carlos n’était qu’une partie de la célébration, les véritables stars étaient ses musiciens.


C’est ce qu’il fait, Carlos Santana, il met en lumière, expose, le talent des autres. C’est ce qu’il a fait toute sa carrière.

La seule chanson écoutable de Rob Thomas ? Smooth, avec Santana.

Si on vous parle des Product G&B, ça vous dit quelque chose ? Non hein. Mais si on vous dit qu’ils chantent sur Maria Maria, là par exemple.

Aimer Nickelback, jamais de la vie. Mais aimer Into the Night, le duo entre Santana et Chad Kroeger, ça, ça passe.

C’est ce phénomène qui se répète avec le groupe que s’est formé Santana. Le guitariste fait ressortir le meilleur de chacun, les laissant tour à tour prendre le lead, les pointant même de temps à autre pour qu’ils se lancent dans un solo.

 

DÉCOMPTE DES SOLOS

Au total on a eu droit à :

2 solos de claviers

1 solo de drum particulièrement musclé (gracieuseté de la femme de Santana)

Plusieurs solos de percussions diverses

Un solo de voix

Un solo de trompette avec sourdine

Un solo de trompette sans sourdine

Un solo de trombone

Un duel de trombone

Le solo de guitare de Carlos qui a littéralement duré toute la soirée

Et un monologue sur l’acceptation de l’autre et de soi-même. Monologue bien senti, touchant et assez court (selon les standards Santana).

Il aurait pu passer outre le paragraphe où il blâmait le FBI, la CIA, le Pentagone et Hollywood, mais ça fait partie de l’expérience.

Tout ça pour dire que le groupe s’appelle peut-être Santana, mais que c’en est presque injuste tant chaque musicien est une vedette.

 

PETIT HIC AVEC LES SHOWS DE SANTANA EN GÉNÉRAL

On mentionnait plus haut que plusieurs des gros hit de Santana, du moins ceux des années 2000, été des featurings. Des chansons faites en collaboration avec des superstars, comme Steven Tyler, Tina Turner, Jennifer Lopez.

Ce qui devient un peu problématique quand vient le temps de les faire en spectacle, c’est que, bien que les chanteurs de Santana soient foutument doués, ils ne peuvent pas imiter ces personnes-là et doivent réinterpréter les pièces.

Avec des résultats parfois mitigés.

Cas extrême : Put Your Lights On, le tube que Santana a composé avec Everlast.

Personne ne peut chanter comme Everlast. Personne d’autre n’a cette grave voix d’outre-tombe. Et c’est ce qui fait toute la beauté de la toune. C’était donc décevant de l’entendre hier, chantée beaucoup plus haut avec plein de fioritures vocales.

Mais à part ça, une solide perfo d’un grand monsieur.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires