Saor
Critique Publié le

Saor au Piranha bar | Les Écossais débarquent à Montréal pour la première fois

Retour sur une soirée black métal atmosphérique avec une affiche remarquable incluant les Ecossais de Saor pour la toute première fois à Montréal, appuyés par les Américains de Wayfarer et Falls of Rauros qui ont aussi livré de bonnes prestations, malgré l’endroit peu propice aux ambiances folk et épiques…

Saor (« libre » en langage gaélique), projet épique d’un seul homme sorti des paysages écossais, clôturait sa première tournée nord-américaine à Montréal ce lundi soir. La soirée affichait complet peu après l’ouverture des portes, preuve du succès du genre, et de la force de la scène black métal au Québec.

C’est Falls of Rauros qui ouvre le bal, défendant son dernier album fraîchement sorti, Patterns in Mythology. Le groupe du Maine – avec un guitariste qui s’exprime dans un très bon français – livre une bonne prestation et arrive à nous emmener dans ses longs morceaux ambiants. Même s’ils sont proches d’un piège du genre qui enterre vite les guitares derrière des montagnes d’effets, enlevant parfois un peu de touche naturelle et d’accroche aux riffs. Leur black metal n’en reste pas moins prenant et planant avec de beaux arpèges clairs dans des interludes intéressants.

Mais finalement, plutôt que d’imiter en vain les pionniers scandinaves du genre et leurs montagnes enneigées, est-ce que l’appropriation culturelle du black metal dans l’Ouest Américain pourrait passer par les canyons et déserts du Colorado, sur fond de fantômes des guerres et légendes du Far West ?

Wayfarer nous envoûte avec son black metal atmosphérique aux essences du Wild West qu’on entend parfois résonner dans certains riffs et arpèges, et rythmes de batterie. Dommage que les guitares soient un peu en retrait et fondues dans le mix, empêchant parfois d’apprécier la subtilité de leurs parties respectives. Une corde cassée mais le guitariste de Falls of Rauros prête sa guitare, et le groupe de Denver continue son épopée défendant l’excellent World’s Blood, s’imposant avec une solide prestation. De la force des passes de batteries comme dans The Dreaming Plain, venant appuyer les envolées épiques des guitares, aux parties de basses bien écrites, le tout exécuté avec une intensité qui montera de plus en plus pour exploser dans le dernier morceau: Wayfarer affirme sa place dans la scène black metal américaine.

On quitte la poussière rouge de l’Ouest Américain pour les vertes montagnes et vallées de l’Ecosse. Place enfin au phénomène folk black métal approuvé par Sam Gamegie lui-même : Saor.

Sous une ovation, le groupe mené par Andy Marshall prend la scène avec Forgotten Paths. La présence d’un violoniste vient tout de suite ajouter une touche folklorique et ajoute beaucoup aux envolées mélodiques. Dommage encore pour le son un peu confus qui brouille les duos entre solos de guitare et violon. Et dur de s’envoler dans les légendes et paysages écossais au Piranha Bar, et les morceaux épiques de dix minutes qui s’essoufflent parfois.

Cependant, Saor est rodé à bloc et envoie un superbe concert, allant piocher dans le premier album Roots comme dans le dernier Forgotten Paths. Le final est superbe avec la longue pièce Tears of a Nation et son dernier mouvement dans des gammes majeures aux airs solennels d’un hymne national.

Les gars de Falls of Rauros et Wayfarer envahissent la scène pour célébrer cette dernière date. Andy descend dans le public pour saluer la foule : ainsi s’achève une belle tournée, avec d’excellents représentants de la vague black métal atmosphérique.

A refaire, mais peut-être à l’image du festival Fire in the Mountains où ont joué ces mêmes groupes, quelque part dans les Laurentides ? À bon entendeur…

 

Grille de chansons Saor

  1. Forgotten Paths
  2. Roots
  3. Carved in Stone
  4. Aura
  5. Monadh
  6. Tears of a Nation

Vos commentaires