Sebadoh
Critique Publié le

Sebadoh au Bar Le Ritz PDB | Un indie rock intemporel 

En pleine tournée du nouvel album Act Surprised, Sebadoh s’est arrêté en ville dans la salle intime et littéralement chaleureuse du Ritz PDB. Si le grand retour des groupes des années 90 semble être une tendance clichée pour renflouer les coffres, Sebadoh sait rester pertinent dans l’univers du rock alternatif grâce à un excellent répertoire influent et indémodable et à des nouvelles chansons plus que convaincantes.

Le retour des indie rockers

Pour établir une atmosphère conviviale, le groupe a aussi su charmer son public en restant terre à terre : le chanteur-guitariste-bassiste Lou Barlow a abordé son passage au Village du Père Noël de Val-David (!) et l’autre chanteur-bassiste-guitariste Jason Lowenstein a exprimé son enthousiasme vis-à-vis la légalisation du pot au Canada.

Dès les premières notes, le ton de la soirée était donné : le volume restera collé au fond. Le nouvel album sorti en mai dernier y était mis en vedette avec notamment le premier single Celebrate the Void, qui sonnait déjà comme un futur classique du groupe. Une mélodie singulière et invitante et un refrain accrocheur suivis d’un changement de rythme soudain, une progression inattendue et intéressante.

Depuis le départ du membre fondateur Eric Gaffney il y a longtemps, Lou et Jason se partagent les guitares et les basses sur scène, mais aussi la création des chansons qui se complémentent toujours bien. Alors que Lou a plus tendance à composer des chansons personnelles et sentimentales, Jason s’oriente plus souvent vers des mélodies brutes. Ce qui s’est facilement remarqué dans la prestation de Reykjavik, une des plus captivantes et poignantes, ainsi que de Phantom avec son gros rock qui rentrait dedans juste comme il faut. Avec ce nouvel album, les compositions, tout comme les voix, ont évolué naturellement et pris en maturité.

« Let’s Get Old »

Pour la deuxième moitié de la soirée, Sebadoh a sélectionné certaines de ses meilleures chansons de son grand répertoire s’étalant sur près de 30 ans. Si certaines d’entre elles ont un son rock alternatif plus typiquement ancré dans les années 90, c’est tout de même un son particulier qui passe haut la main l’épreuve du temps. Le groupe a joué la classique Not a Friend, toune normalement douce et mélancolique, mais interprétée juste assez fort pour faire saigner des oreilles. Les membres ont aussi sorti des boules à mites la torturante pièce de rupture amoureuse Soul and Fire, qu’ils n’avaient apparemment pas jouée depuis très longtemps.

Malgré la chaleur étouffante et les nombreux retours de son, Sebadoh ne manquait pas d’intensité. La musique forte couvrait parfois les voix, le drummeur Bob D’Amico faisait rebondir sa grosse caisse sur place et Lou bougeait dans tous les sens… mais en prenant soin de retirer ses lunettes pour rocker sans restriction et en toute sécurité.

Après un faux rappel durant lequel Lou était trop occupé à accorder sa guitare pour quitter la scène, le groupe a enchaîné avec quelques-uns de ses vieux classiques lo-fi les plus connus (dans l’underground américain du moins), de License to Confuse à Skull provenant de l’album Bakesale en passant par la plus ancienne et puissante Brand New Love. Un bloc rapide et sans pause qui a largement comblé le public, de la part d’un band généreux qui ne renie heureusement pas ses anciens succès.

Dans une atmosphère intime et détendue, Sebadoh a su livrer un spectacle satisfaisant qui est passé beaucoup trop rapidement tout en prouvant son statut de précurseur et l’importance de sa musique dans l’histoire du indie rock.

Première partie

La chanteuse et musicienne Eleanor Friedberger, connue pour faire partie du groupe The Fiery Furnaces, a cassé la glace durant son premier spectacle de la tournée en cours de Sebadoh. Seule sur scène, elle chantait d’une douce voix mélodique et maniait la guitare et les samples sur son clavier. Même si elle ne semblait pas convaincue de sa propre performance, Eleanor a offert une jolie indie pop lo-fi un peu folk un peu électro rappelant parfois Beach House.

Liste de chansons :

  1. I Will
  2. Medicate
  3. See-Saw
  4. Sunshine
  5. Reykjavik
  6. Phantom
  7. Raging River
  8. Stunned
  9. Drag Down
  10. Follow the Breath
  11. Act Surprised
  12. Beauty of the Ride
  13. Not a Friend
  14. Soul and Fire
  15. Celebrate the Void
  16. Fool
  17. My Drugs
  18. Got It
  19. Beat

Rappel : 

  1. Magnet’s Coil
  2. License to Confuse
  3. Rebound
  4. Ocean
  5. Skull
  6. Brand New Love

Vos commentaires