Shamir
Critique Publié le

Shamir au Théâtre Fairmount | L’artiste sous un autre jour

Sous une ambiance festive, c’était au tour de Shamir de se présenter au public montréalais jeudi soir au Théâtre Fairmount. Aux allures discrètes et coquettes à la fois, il a livré une performance colorée et sa musique a su allumer la salle en cette soirée pluvieuse.


Tout en retenu dès son entrée en scène, Shamir surprend. Avec sa musique pop très dansante et dynamique, on s’attend à la même chose du personnage, mais son image est beaucoup plus polie et réservée que l’on pourrait le croire. Ce commentaire n’étant en rien un reproche, la personnalité du jeune homme s’est tout de même épanouie tout au long de sa performance, livrant ainsi un spectacle louable.

La soirée s’entama avec l’entraînante Vegas et se poursuivit rapidement avec la très connue On The Regular qui fit danser la foule et Shamir avec engouement. Pendant la pièce Hot Mess, la voix d’homme que l’on entend souvent dans les chansons de Shamir s’est dévoilée en la personne de sa choriste et leur interaction faisait preuve d’une belle complicité.

Crédit photo Valeria Saavedra

Crédit photo Valeria Saavedra

C’est même pendant ce morceau que le jeune artiste a lâché un peu son fou et a libéré ses cheveux alors ramasser sur le dessus de sa tête tout en sautillant avec enthousiasme. La foule a acclamé ce geste spontané avec enchantement et le party prit de nouvelles forces.

Le calme avant la tempête

La soirée avançant, on est allé du côté de la mélancolie avec la douce et poignante Darker. L’intensité de Shamir dans cette pièce fut admirée par des cris parsemés de la foule, mais le moment était un peu gâché par le bruit de conversations des gens près du bar. Malgré tout, cela n’a pas semblé affecter l’artiste le moins du monde et il a continué son morceau avec passion.

Crédit photo Valeria Saavedra

Crédit photo Valeria Saavedra

Pour clôturer la soirée en beauté, Heads In The Cloud prit son envol et fit danser le public plus que jamais. Le plancher du Fairmount tremblait sous les pas et les sauts; la fête était réellement à son comble! C’est tout de même sous cette ambiance électrisante que Shamir quitta la scène avant même la fin de la pièce pour laisser le soin à ses musiciens de pousser les dernières notes.

C’est ensuite sous les acclamations et les encouragements de la choriste de Shamir que celui-ci finit par revenir sur scène pour le rappel et offrir deux morceaux au public encore rempli d’énergie.

Somme toute, la performance de Shamir était souvent contrôlée et posée, présentant une gestuelle minimaliste. Cela ne l’empêcha pas de se dégourdir de temps à autre, mais jamais de façon extravagante. Il semblait tout de même à l’aise sur scène et il a offert de beaux moments vocaux ainsi que quelques interactions avec le public.

Hana en première partie

La nouvelle venue Hana, supportée par Grimes (avec qui elle a vraisemblablement des affinités côté voix) et Lana Del Rey, se présentait pour sa première fois sur scène à Montréal. En véritable Lara Croft de l’électro-pop affublée de son crop top noir et de sa tresse haute perchée, elle avait vraiment une voix à envier. Seul défaut: on l’entendait parfois mal, car elle était ensevelie par la musique.

Côté musique, celle-ci était inventive et entraînante, mais le facteur wow semblait manquer tout au long des pièces malgré le talent évident de la jeune artiste. Malgré tout, Hana est une artiste à surveiller et on espère qu’elle arrivera à se distinguer de toutes les autres.

Grille des chansons

  1. Vegas
  2. In For The Kill
  3. On The Regular
  4. I Know It’s a Good Thing
  5. Hot Mess
  6. Make A Scene
  7. If It Wasn’t True
  8. Christmas Card (reprise de Joyce Manor)
  9. Youth
  10. Darker
  11. Demon
  12. Call It Off
  13. Heads In The Cloud

Rappel

I’ll Never Be to Love
Sometimes A Man

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires