Slowdive
Critique Publié le

Slowdive – Slowdive (***½) | Pas que nostalgique

Slowdive - Slowdive Slowdive Slowdive

Très peu de groupes réussissent à recréer la magie créative des belles années, après plus de 10 ans d’absence. Encore moins quand on double ce chiffre ! À plusieurs égards, on peut considérer que Slowdive réussit l’exploit avec ce nouvel opus homonyme qui paraîtra ce vendredi 5 mai.

Deux décennies après l’excellent Pygmalion, on croyait Slowdive relégué au rang des bijoux du passé. Dignes disciples des Sonic Youth et autres My Bloody Valentine, le groupe anglais apportait un air nouveau au rock bruyant mais raffiné dans les années 1990. Mais une fois cette mission accomplie, Neil Halstead, Rachel Goswell et leur bande ont passé à autre chose, laissant derrière une courte discographie de trois albums, une oeuvre concise mais significative et pertinente.

Leur retour sur scène en 2014 suscitait un certain intérêt, mais davantage par pure nostalgie croyait-on. Comme tout groupe culte qui se respecte, Slowdive a récolté sa part de fans après leur séparation. La tournée de réunion permettait à une nouvelle génération de découvrir l’un des groupes initiateurs du genre shoegaze, qui a depuis fait légion auprès d’autres artistes comme Beach House, M83 et plusieurs autres.

D’une certaine façon, on dirait que Slowdive est resté connecté à leur genre musical sur ce nouvel album, bien conscient de leurs acquis du passé, mais aussi de ce qui s’est fait depuis par d’autres artistes. Avec un respect évident des textures sonores des albums précédents, Slowdive a su conserver ce qu’il faut de nostalgie tout en évitant l’écueil de l’anachronisme.

Les deux premiers extraits parus en début d’année, Star Roving (extrait ci-haut) et Sugar for the Pill, auguraient bien, et ce n’était visiblement pas un coup de chance. Des pièces puissantes comme No Longer Making Time et Go Get It, ainsi que la saveur dreampop d’autres titres comme Slomo en ouverture d’album, viennent confirmer toute la pertinence de la bande qui n’en est plus à ses années adolescentes.

Et surtout, l’album ne contient aucun titre plus faible. La constance est au rendez-vous, ce qui donne droit à une écoute de qualité, du début à la fin.

Slowdive sera en spectacle à L’Olympia de Montréal ce samedi 6 mai 2017 afin de présenter sur scène le résultat de ce nouveau disque. Billets par ici.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires