Sopico
Critique Publié le

Sopico & Friends au Belmont | Soirée hip-hop haute en couleur

La soirée s’annonçait grandiose avec une salle presque pleine à craquer et des groupes sélectionnés avec minutie pour assurer la première partie du rappeur français Sopico, de passage à Montréal pour le lancement de son album hautement remarqué, .

Sopico

Le rappeur parisien a été longuement attendu par ses fans, entrant en scène peu après 1h30. En compagnie de son acolyte H24, Sopico a remercié à maintes reprises son public montréalais d’outre-mer. Fier membre du collectif 75ème Session, comptant parmi ses rangs des rappeurs comme Népal, FA2L et plusieurs autres jeunes prodiges français, il n’a pas manqué de remémorer son appartenance à la foule.

Accompagné par son acolyte Hash24, il a interprété plusieurs morceaux de son plus récent projet, mais a aussi gratifié les fans les plus connaisseurs de quelques extraits de MOJO, album paru en juin 2016. Il a toutefois entamé la soirée avec le morceau Heat, qui a réchauffé la foule et montré les aptitudes d’interprétation de Sopico. Une présence sur scène assurée et une articulation claire, permettant non seulement d’entendre clairement chaque parole, mais aussi aux gens d’entonner le tout en harmonie avec l’interprète.

La particularité de Sopico réside surtout dans sa polyvalence, son habileté à passer de rap lourd aux instrumentaux trap à des morceaux acoustiques joués à l’aide de sa guitare. Il a interprété Bonne Étoile et Le Hasard Ou La Chance en toute aisance, laissant le public définir le rythme au fil des claquements de mains.

Le concert s’est fini plutôt abruptement, sans toutefois omettre de remercier à profusion le public et Montréal.

Premières parties

Simia

Le rappeur français Simia, accompagné par ses acolytes Yaska & Dawan pour une partie de la performance, a livré ses morceaux avec vigueur et a réussi à emballer le public avec facilité. Malgré quelques petits acrostiches, vraiment très minimes il faut le souligner, la livraison était claire et énergique, assurant une première partie réussie. Quiet Mike, ou le Michel Silencieux pour les intimes, assurait la gestion des platines.

Nawfal

Sans être une mauvaise performance, le rappeur aurait pu être plus à l’écoute de son public. Certains morceaux faisaient peu lever la foule, mais il semblait tout de même vouloir mettre l’accent sur ceux-ci. Le son semblait embrouillé et il était difficile d’entendre quelque parole que ce soit. La livraison donnait l’impression que Nawfal était pressé de terminer ou de passer au prochain morceau et la connexion établie avec le public était faite à la va-vite. Les instrumentaux étaient toutefois plaisantes et mieux vaut d’aller écouter ce rappeur que de s’en tenir à ce concert comme première impression. Il a du beau à livrer.

LaF

Sextuor maintenant incontournable en territoire montréalais, le groupe composé de trois rappeurs et trois beatmakers n’aura pas laissé le public de glace. Avec leur énergie inépuisable et leur cohésion longuement travaillée, ils auront su livrer une performance non seulement divertissante, mais aussi hautement précise tant dans leur gestuelle que dans la livraison de leurs morceaux.

Jamais la foule ne sera repue des expressions faciales et corporelles déjantées de Mantisse, ni de sa voix singulière qui amène une particularité bien précise à LaF. Ils ont interprété avec assurance quelques morceaux de leur projet Monsieur, Madame et quelques pistes de leur plus récent projet, Jello. Mention spéciale au morceau pour l’instant non-titré qui a fait danser l’entièreté de la foule. Un groupe incontournable en première partie qui pourrait bientôt prendre la tête d’affiche, et pourrait causer la surprise aux prochaines Francouvertes…

Clay and Friends

Ce groupe mené par nul autre que le chanteur, rappeur et improvisateur de renom, Mike Clay, est une première partie risquée. Leur musique, singulière, unique et hautement divertissante, peut parfois accaparer l’excitation des fans, qui grandit au fil des actes jusqu’à l’arrivée de la tête d’affiche, au point de l’éclipser. Heureusement pour Sopico, le public était là pour lui, mais la solide performance de Clay and Friends a certainement marqué les esprits.

Leur projet Conformopolis mélange chant, rap, jazz, reggae et le rendre en spectacle rend l’album encore plus délectable. L’agencement entre la guitare, le beatbox, la voix de Mike Clay et de Claire Ridgely a fait lever la foule, dansant au gré des histoires racontées par le groupe, qui semblait avoir autant de plaisir que tous ceux s’exaltant autour d’eux.

Artistes
, , ,
Villes
Salles

Vos commentaires