St-Roch XP
Critique Publié le

St-Roch XP | Une fête de rue réinventée

Et si on réinventait les fêtes de rue? C’est un peu le défi que s’est donné St-Roch Expérience (devenu St Roch XP) quand ils sont arrivés avec ce tout nouveau concept il y a quatre ans. De la bonne bouffe à petit prix et de pas moins de 24 artistes répartis sur deux jours dans des lieux insolites à la grandeur de la rue St-Joseph, l’évènement St-Roch XP est un joyau à découvrir.


 

Des spectacles au milieu des commerçants de quartier

Vous aviez toujours voulu voir un spectacle de banjo entre les cannes de thon et les compotes de pommes ou tout en vous faisant tatouer ? C’est un rêve qui peut se réaliser lors de St-Roch XP.

Utilisant au maximum une panoplie de lieux inusités du quartier St-Roch à Québec, la petite soeur du FEQ offre une magnifique vitrine à plusieurs artistes, une sélection aussi variée que les artisans et restaurateurs qu’on peut trouver tout au long de la rue, bloquée pour l’évènement, comme au beau milieu de l’Exoshop, chez Phil Smoked Meat, la suite tattoo club ou le barbier KRWN.

Pour voir un spectacle, rien de plus facile: il suffit de suivre les gyrophares qui s’allument de leur rouge éclatant et de pénétrer dans le lieu, parfois un peu trop bondé pour y être bien installé si on arrive un peu tard. En tout, ce seront 24 artistes de la relève musicale d’un peu partout au Québec qu’on peut y découvrir, en plus de prendre part à des rivalités amusantes entre groupes, comme ce fut le cas entre Valence et Elegie. #teamvalence

 

Sleep

St-Roch XP, c’est aussi quatre spectacles payants à l’impérial Bell. Après un spectacle en toute intimité avec Gabrielle Shonk jeudi et un spectacle d’humour interdit aux moins de 18 ans le vendredi, c’était au tour des Californiens spécialisés en métal stoner doom de Sleep de faire vibrer l’Impérial avec leur son lourd.

Nous avons d’abord droit à 10 minutes de conversation radio dans les speakers avant que les trois légendes n’entrent sur scène. Laissons les conventions de côté, Mike Pike est torse nu et quasi dans l’ombre déjà au début du set, tandis que ses collègues récoltent le peu de lumière dans la pièce. Peut-être que c’était voulu, mais il passera un long moment avant de réaliser que Cisneros avait commencé à chanter, tellement les basses étaient présentes.

Les quelques centaines de spectateurs présentes continuaient d’hocher la tête allègrement. Sleep était hypnotique, envoûtant. Ils ont peut être peu bougé pendant la soirée, ont fait un petit set d’une heure trente, mais ça aura voulu la peine d’attendre jusqu’à la fin alors qu’ils ont offert au public une prestation de Dopesmoker en direct des balcons sur les côtés de la scène.

Artistes
, , ,
Villes
Salles

Événements à venir

Vos commentaires