Stephen Malkmus
Critique Publié le

Stephen Malkmus & the Jicks au Théâtre Fairmount | Défier la maladie, quitte à faire un karaoké!

Accompagné de son groupe the Jicks, un Stephen Malkmus mal-en-point était de passage pour la tournée du nouvel album Sparkle Hard sorti en mai. Malgré son extinction de voix éprouvante, il a tout de même tenu à donner un spectacle marquant : la soirée s’est terminée en karaoké avec des volontaires invités sur scène pour le remplacer au chant.

Extinction de voix

Comme le weirdo désinvolte qu’il est, Malkmus est arrivé sur scène en gossant sur son téléphone en silence juste assez longtemps pour que ce soit un peu malaisant. Il a commencé la soirée avec une voix qui l’avait clairement abandonné, contrairement à son sens de l’humour. Il a niaisé un moment sur le fait que ce soit écrit PP Boy (au lieu de Post-Paint Boy) sur sa feuille et a demandé de ne pas se faire lancer de bière cette fois (comme à Osheaga où il en avait reçue une en pleine poire).

Le spectacle aurait peut-être dû être reporté en raison du problème de santé du chanteur, mais Malkmus a quand même charmé avec son attitude relax et sa résolution de continuer malgré la maladie. Alors que ces fans l’encourageaient et l’applaudissaient, il répétait qu’il était embarrassé tout en consommant une combinaison ésotérique de pastille, vodka et thé (mais pas en même temps). N’importe quoi pour tenter de régler le problème!

Des nouveautés et des classiques

En plus de la maladie, le groupe a rencontré quelques petites difficultés, dont des câbles usés qui ne voulaient pas fonctionner : « We have very valuable equipment. »

Malgré tout, les membres ont livré un spectacle complet avec beaucoup de nouvelles pièces accrocheuses du dernier album. Ils ont interprété la bruyante Shiggy, la jolie et folk Refute en duo avec Kim Gordon sur la version studio, et avec la bassiste Joanna Bolme sur scène, ainsi que la toute douce Solid Silk durant laquelle Malkmus était bien heureux de pouvoir se reposer la voix. Une voix abimée, mais qui rappelait celle de J Mascis de Dinosaur Jr. selon le batteur et certaines personnes du public.

Le rockeur à bout de force a finalement décidé de transformer la soirée en karaoké pour se reposer les cordes vocales. Des volontaires fébriles étaient accueillis sur scène pour le remplacer au chant et choisir une chanson de leur choix. Et c’était évidemment des chansons de Pavement, le groupe indie rock culte des années 90 de Malkmus, ce qui était bien assez pour faire capoter tout le monde et avec raison!

Si le premier volontaire a hésité à demander une chanson de Pavement, Malkmus s’y attendait et était prêt à replonger dans son ancien répertoire sans avoir trop de pouvoir décisionnel (sauf pour Range Life qu’il a refusé en plaisantant « My stage, my choice. ») Le groupe a donc joué les grands classiques Cut Your Hair, Shady Lane, Zurich is Stained, Stereo (avec un inconnu nommé Brian qui a temporairement volé le show), puis Spit on a Stranger avec le batteur Jake Morris qui était plutôt impressionnant en chanteur.

Sur cette note s’est terminé un spectacle étrange au dénouement inattendu et excitant, avec un Malkmus qui est allé avec un peu de chance boire de l’eau chaude et dormir un bon douze heures.

 

Première partie post-punk

En première partie, aucune trace d’indie rock prévisible. Le groupe Lithics, provenant de Portland comme Malkmus, est resté stoïque (à part le bassiste qui dansait sur son propre rythme) en jouant ses sonorités post-punk avec de légères touches de rock alternatif et expérimental.

 

Liste de chansons :

  1. Cinnamon and Lesbians
  2. Post-Paint Boy
  3. Bike Lane
  4. Future Suite
  5. No One Is (As I Are Be)
  6. Stick Figures In Love
  7. Shiggy
  8. Solid Silk
  9. Malediction
  10. Witch Mountain Bridge
  11. Rattler
  12. Refute
  13. Kite
  14. Cut Your Hair
  15. Shady Lane
  16. Zurich is Stained
  17. Stereo
  18. Spit on a Stranger

Vos commentaires