Jean-Noel Bodo
Entrevue Publié le

Sur le Divan | Entrevue avec BODØ: revenir de loin

Dans le cadre de la série Sur le Divan, Sors-tu.ca, Camuz et Baron Mag, en collaboration avec le Divan Orange, vous présenteront trois fois par mois l’un des artistes en concert au Divan Orange. Nous débutons donc la série avec Jean-Noel Bodo, alias BODØ, qui effectue son grand retour sur la scène musicale locale.

De retour d’un long voyage en Australie où il a appris à produire la musique, Jean-Noel Bodo refait surface sur la scène musicale québécoise et sera en prestation au Divan Orange ce 18 mars. Ayant travaillé avec des noms comme Jean Leloup, Mara Tremblay et Martin Léon avant son départ, l’artiste doit se réinventer pour refaire sa place dans un marché en évolution. Avec un petit goût amer en bouche face aux portes fermées des maisons de disques, Jean-Noel Bodo a discuté avec Sors-tu.ca de ses projets.

« J’essaie de faire de la musique qui fait bouger la tête dans l’auto, mais que tu peux aussi écouter seul chez toi sans avoir honte. Assez hard pour que les mecs trippent, mais assez mélodieux pour que les femmes entendent la profondeur. » Jean-Noel Bodo ne définit pas son style précisément, il n’a pas envie de cadrer dans ces boîtes que le marché musical construit pour catégoriser les artistes.

Reste que Jean-Noel Bodo est conscient que pour l’ouverture des portes, il y a un certain genre à prioriser. Il travaille présentement avec celui qui a produit la nouvelle chanson de Kevin Parent Ce beau monde-là pour apporter à son matériel une touche plus pop. « On veut truquer les gens, qu’ils croient qu’ils entendent une petite toune pop, mais qu’en écoutant, ils se rendent comptent que c’est plus que ça. »

« Moi si on me dit chante en Thaïlandais et je te signe, je vais le faire. Je n’ai pas cet égo de ne rien vouloir changer, je crois en ce que je fais, je sais ce que je veux et je dois l’obtenir pour le comprendre et apporter d’autres idées ensuite. » Dans cet état d’esprit, la critique constructive est toujours la bienvenue. C’est pourquoi l’album sur lequel il travaille depuis 2 ans est en constante évolution.

Pour le moment, l’artiste essuie refus après refus au Québec. À Toronto par contre, il a été invité à la Canadian Music Week de Toronto et compte bien avoir terminé son album pour le distribuer. Trop marginal pour les maisons de disque ? Pas assez ? Ni un ni l’autre, les réponses restent vagues. « Il y a de l’originalité dans ce qu’ils font, sauf qu’ils s’attendent à quelque chose de précis quand même. Elle est où l’indépendance là-dedans, s’ils veulent que je sonne comme les artistes qu’ils ont déjà ? »

)

Jean-Noel Bodo a de l’expérience, il connaît le milieu et le système. Il se trouvait si près du but il y a quelques années et se voit aujourd’hui confronté à un nombre incroyable de labels qui se disent indépendants alors qu’il faisait affaire avec des grosses boîtes comme Warner auparavant. « Je fais tout ce qu’on me dit de faire, un site internet, des shows, mais ce n’est pas assez pour ouvrir la porte. Ce qui me fait rigoler c’est que la porte, je l’ai construite. »

« S’il n’y a plus d’électricité demain, je suis le chef. Je joue de la vraie musique avec des vrais instruments. » C’est un aspect sur lequel l’artiste ne déroge pas quand il est question de s’adapter à l’évolution du marché ou de la musique elle-même. Mettre ses chansons sur iTunes ou YouTube ne l’intéresse pas. Oui, c’est comme ça que tout se fait aujourd’hui et il le voit, mais il ne veut pas se perdre dans cet univers où selon lui, il y en a trop. « Tout le monde enregistre, tout le monde met ça sur iTunes, mais ils ne connaissent pas l’industrie. Résultat, ceux qui travaillent 2 ans sur un album mettent une chanson parmi les 8 000 qui sont mises la même journée et ça se perd complètement. Moi je n’en ai rien à foutre, je veux distribuer mes albums main en main. »

Jean-Noel Bodo sera donc au Divan Orange le 18 mars, mais pour l’instant ne compte pas faire d’autres spectacles au Québec. Il travaille tout de même sur son album et sur un opus en français et s’arme de toute sa patience pour faire connaître son art. Confiant de son matériel et optimiste pour la suite, il s’attaquera d’abord au marché musical de Toronto en mai et reviendra, espérons-le, en force ici.

hr ligne horizontale

BODØ se produira sur la scène du Divan Orange le 18 mars prochain. Infos par ici.

Artistes
Villes
,
Salles

Vos commentaires