Tao: Drum Heart
Nouvelle Publié le

TAO : Drum Heart à la Place des Arts | 5 notions de tambour pour apprécier le spectacle !

Exit « L’enfant au tambour », en ce début de janvier 2018 ! Place à une autre sorte de rituel… « TAO: Drum Heart », présenté les 31 janvier et 1er février 2018 prochains au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, initiera le public à l’art du tambour traditionnel japonais!

Le Tao (terme de philosophie chinoise signifiant « chemin ») va au-delà du yin-yang. Il est le principe englobant la Matrice universelle, la base de toute création. Mais TAO, c’est aussi un groupe d’artistes-percussionnistes exceptionnels d’envergure internationale, qui présentent un spectacle plus grand que nature, Drum Heart! Montréal est d’ailleurs le coup d’envoi de la tournée nord-américaine, qui durera jusqu’en mai. Depuis 1993, les artistes de TAO sillonnent la planète pour faire découvrir ses merveilles à plus de sept millions de spectateurs.

Avec le présent guide, nous explorerons différentes facettes de la pratique: le taiki (l’instrument en lui-même), l’entraînement physique, la création des rythmes, la pleine conscience et finalement, l’aspect théâtral. Lumière sur ce type de prestation, afin d’apprécier le spectacle TAO: Drum Heart dans toute sa splendeur!

1. Connaître le tambour japonais

Drum Heart, le nouveau spectacle du groupe TAO, réunit une vingtaine de percussionnistes et instrumentistes qui créent une atmosphère des plus tribales! Le mot taiko signifie « tambour » en japonais, et peut aussi signifier l’art de jouer de celui-ci. Lorsqu’ils sont conçus conformément aux traditions, ces tambours rendent un son puissant, clair et vibrant. Toutefois, si l’instrument n’est pas authentique (copie), le son est plus « sourd », et ressemble à celui d’une grosse caisse.

Le premier groupe de Taiko est créé au Japon, qui retourne alors aux sources, après la Seconde Guerre mondiale. Il est fondé en 1951 par M. Daihachi Oguchi, un batteur de jazz, qui crée alors une toute nouvelle forme d’art. Le Taiko a ensuite connu une prolifération de groupes, depuis les années 50. Leur qualité est jugée par des critères précis, notamment l’ancrage du bassin (Tanden), la conscience du présent, et la capacité à convier des émotions.

Bien sûr, n’importe qui peut jouer du tambour, mais on ne devient pas nécessairement artiste…

2. Arts martiaux et chorégraphies… Des athlètes de la percussion!

Les artistes de TAO se défoulent, à travers cette pratique exigeante, qui demande rigueur et dynamisme. Les chorégraphies novatrices et bien ficelées demandent une très bonne endurance physique. Tout comme dans la pratique des arts martiaux, un effort corporel exigeant est demandé pour que les artistes puissent trouver le « bon son »…

Notamment, on doit développer une excellente stabilité du bassin, ainsi qu’une forme et une souplesse exemplaires, pour être en mesure de bien bouger sur les pulsations. Avec TAO, c’est donc un véritable travail athlétique d’allier mouvement et musique. Le spectacle de tambours japonais Drum Heart est un incroyable exutoire, une décharge d’adrénaline incomparable!

En somme, les artistes doivent savoir se mouvoir, autant que de bien maîtriser leurs instruments…

3. Les rythmes explosifs qui vont vibrer le coeur

Tout a un rythme : notre coeur, notre respiration, nos pas lorsque nous marchons, notre stylo alors qu’on écrit, notre voix alors que nous parlons, nos rêves, et même nos pensées… Toute notre vie est basée sur cet élan vital. TAO est la grande célébration, et l’incarnation même de ces principes.

À travers le spectacle, les artistes jouent d’instruments traditionnels japonais, tels que le shamisen, un instrument à cordes pincées ou encore le Shakuhachi, une flûte traditionnelle chinoise. Cela rend Drum Heart encore plus authentique. D’ailleurs, certains tambours sont accordés différemment, pour faire différentes notes. La précision, la puissance et la bonne force physique sont nécessaires pour être un bon joueur de tambour!

Avec le bruit exaltant et ténébreux des tambours traditionnels japonais, on vit une expérience unique. On se recentre à la Terre. On se rencontre à un niveau tribal et sacré. On ressent une énergie primitive incroyablement raffinée! Le spectacle bien équilibré présente des moments plus doux, avant que la tempête n’explose! Les modèles (patterns) rythmiques récurrents agissent d’abord comme un calmant qui nous ramène aux sources. Hypnotisants et circulaires, ils incitent à la contemplation. En d’autres moments plus dynamiques, les chansons festives sont l’invitation à un exutoire total, parsemé de cris primaux de la part des artistes. Un vrai défoulement!

Et si nous sommes témoins des rythmes de l’univers, alors forcément, les rythmes nous aident à passer au travers…

 

4. Moment présent et méditation

La pratique du tambour traditionnel japonais est tout sauf unilatérale. Cet art constitue en fait une véritable hygiène de vie complexe et profonde, qui va bien au-delà du spectacle. Un véritable « art du savoir-être »: comprendre le moment présent est une discipline ardue et délicate! Mais on peut y parvenir, notamment grâce à la méditation, le travail avec la respiration et la visualisation.

TAO ne démontre donc que la pointe de l’iceberg, sur scène… C’est un art qui se pratique à travers la vie quotidienne, et qui apporte satisfaction et sérénité aux artistes. Ceux-ci sont donc entraînés à vivre dans la pleine conscience, en canalisant les bonnes énergies pour donner une excellente prestation. Outillés de spiritualité, ils insufflent alors une dimension poétique et une délicatesse qui rajoute de la profondeur à tout l’ensemble.

Tout de même faut-il souligner le côté concret du visuel…

5. L’excentricité des costumes: fusion entre deux époques

Le côté esthétique est très important dans les spectacles de tambour traditionnel japonais. TAO innove à travers la mise en scène, fignolée avec soin afin de procurer davantage de plaisir aux yeux. Des doigts de fée ont conçu des costumes réellement impressionnants et fascinants! Les costumes extravagants présentent une fine rencontre entre modernité et héritage culturel… Ceux-ci sont inspirés du théâtre kabuki, et sont injectés d’une bonne dose de tissus contemporains. Des couleurs sobres (noir, blanc, gris) sont mises de l’avant. Les anneaux argent étincellent sous les projeteurs et donnent un aspect futuriste, alors que des vêtements traditionnels sont incorporés, tel le hakama (large pantalon plissé avec dosseret rigide).

 

Billets pour le rituel tribal à Montréal

Bref, nous avons jeté une belle lumière sur l’univers du tambour japonais, à travers la connaissance de l’instrument lui-même, ainsi que l’angle athlétique, musical, méditatif ou visuel de la pratique. Maintenant… Pourquoi se passer de TAO: Drum Heart, une performance moderne qui célèbre un art ancestral?

Il suffit de cliquer ici pour se procurer les billets de ce spectacle époustouflant.


* Cet article a été produit en collaboration avec la Place des Arts.

Vos commentaires