Big Business
Critique Publié le

Taverne Tour 2019 | Big Business en patron du rock à l’Esco

Il y a de ces soirées où le bon choix doit être fait, de peur d’être déçu. Or à la lecture de la programmation du Taverne Tour, difficile de faire le mauvais choix tant celle-ci est de qualité (consultez d’ailleurs le retour du rédac chef Marc-André Mongrain sur la soirée en compagnie de Yonatan Gat & The Eastern Medecine Singers à la Sala Rossa), d’autant plus quand le festivalier se dirige vers l’Esco pour assister aux concerts de Crabe et surtout Big Business, tête d’affiche de la quatrième édition du festival. 

Toujours prompt à accueillir des artistes de qualité, le bar installé sur la rue St-Denis dynamise comme jamais le quartier depuis sa rénovation en 2017. Car après la frénésie de Lydia Képinski en ouverture du Taverne Tour, c’est la fureur rock de Big Business qui aura réjouit les spectateurs de l’Esco. Le confiné bar du Plateau s’aventura une nouvelle fois avec une formule gagnante en offrant sa scène au duo gold métal Jared Warren et Coady Willis, découvert entre 2006 et 2016 chez les Melvins. Les deux ex-membres du fameux groupe formé à Montesano joua à cette occasion environ huit titres de leur répertoire comprenant six albums, dont le dernier, The Beast You Are, à paraître en avril prochain sur le label Joyful Noise.

Un rythme effréné et des frissons garantis

En cette dernière soirée du Taverne Tour, le public aura pu constater face à lui un groupe en totale maîtrise sur la courte heure de concert qu’il a déployé. Excellents musiciens, il est certain que l’expérience de dix années auprès des Melvins aura façonné le bassiste Jared Warren et le batteur Coady Willis car leur combo fonctionne à la perfection qui ne laisse aucunement échapper le rythme effréné qui caractérise leur musique rock au croisement du heavy metal et du grunge. On sent d’ailleurs les fortes influences de la mythique scène de Seattle qui voyait Nirvana, Pearl Jam, Mudhoney et évidemment The Melvins complètement changer la face du monde dans les années 1990.

Somme toutes classiques, les structures des pièces du groupe basé à Los Angeles manifestent toutefois des surprises lorsque celui-ci s’immisce sur scène. Les transitions entre les morceaux sont parfaites et les phases instrumentales intenses. Parfois psychédéliques, celles-ci font planer une atmosphère à la fois intrigante et immersive qui laissent, par la suite, le champ libre au batteur Willis d’user des toms dans ces moments de calme. Puis quand vint la tempête, c’est au tour de la voix rocailleuse du bassiste Warren de s’affirmer. Ce jeu du chat et de la souris se prête merveilleusement bien au genre et offre au public des frissons, voyant certaines séquences hallucinantes faire partir un crowd surfing chez un homme à la chevelure grisonnante, par exemple. Quoiqu’il advienne, la folie rock se sera définitivement emparée de l’Esco en cette dernière soirée de Taverne Tour!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sors-tu.ca (@sorstuca) le

Crabe ouvre pour Big Business

Pinces déployées, le duo québécois a intrigué certains et enthousiasmé d’autres avant la venue de Big Business! Sur scène, les fantasques Mertin Höek (guitariste-chanteur audacieux) et Gabriel Lapierre (batteur sidérant) ont prouvé que la structure décousue de leur musique dévoile en fin de compte des nappes auditives détonantes et calibrées avec minutie. Une forme de non-jeu totalement en maîtrise qui, derrière des polyrythmies d’une complexité à s’en tirer les cheveux, s’anime d’une énergie positive et d’un fort dynamisme. C’est surprenant mais très fort car à deux, Höek et Lapierre jouaient facilement pour le double sur scène samedi soir!


 


Événements à venir

Vos commentaires