The Neighbourhood
Critique Publié le

The Neighbourhood au Métropolis | Rebelles monochromes

Avec leur nouvel album Wiped Out! prévu pour le 30 octobre prochain, The Neighbourhood était de passage jeudi soir au Métropolis de Montréal pour leur tournée nord-américaine baptisée The Flood (l’innondation). Un déferlement qui était grandement attendu par les fans avec de nouvelles chansons à se mettre sous la dent.


Un bruit assourdissant surprend toute la salle, la scène devient entièrement noire et les voici, apparus comme par magie derrière leur instrument : les cinq membres du groupe californien The Neighbourhood.

Après le succès de leur premier album I Love You paru en 2013 et leur dernier passage à Montréal en mars 2014, le groupe commença avec aplomb et vigueur la première pièce de la soirée (et non la moindre), W.D.Y.W.F.M?

Suivent rapidement Let It Go et Wires qui plurent tout autant aux fans présents. Ceux-ci entonnèrent les pièces à l’unisson avec le chanteur Jesse Rutherford, les bras montés dans les airs au rythme de la musique. Justement, Rutherford semblait des plus à l’aise sur la scène en tournoyant et interpellant la foule de temps à autre. Son charisme auprès du public n’en resta pas là.

Avec Afraid, la foule s’est de nouveau soulevée, y allant de leur cellulaire pour immortaliser les moindres détails de la performance tout en s’époumonant pour clamer les paroles haut et fort.

neighborhood-montreal-metropolis-2015-4

Malgré l’engouement qu’avait suscité la majorité des morceaux jusqu’à maintenant, c’est définitivement lors de la nouvelle chanson Wiped Out! que la chose la plus surprenante est survenue. Au début, le choc: un soutien-gorge venait d’être projeté sur la scène! Peu de temps après, un deuxième et même un troisième! C’était le délire! La musique sensuelle et le charisme du chanteur y étaient certainement pour quelque chose…

C’est également sur cette pièce que le groupe dériva davantage en terminant le morceau sur un moment instrumental puissant. Toutefois, plus ce moment se prolongeait, plus on perdait des membres du groupe, ceux-ci quittant un à un la scène pour ne laisser que le bassiste Michael Margott et le batteur Brandon Fried. Lorsque ceux-ci délaissèrent également leur instrument, une question planait. Et après?

Intermède solo

Fond blanc, scène éclairée au maximum. Rutherford arrive alors seul sur scène, un manteau en poils sur le dos, la voix distorsionnée et les mouvements un peu gangsta; on entrait dans l’intermède hip-hop de la soirée! Enchaînant les morceaux tout droit sortis de leur mixtape #000000 & #ffffff, la foule en a profité pour danser un peu.

Le temps filait et les deux pièces phares du groupe n’avaient pas encore fait surface: le succès radiophonique Sweater Weather et la toute nouvelle R.I.P. 2 My Youth.

Aux premières notes de Sweater Weather, la foule était en extase et chantait allègrement. Rythme trop rapide et manquement avec les paroles de la part de Rutherford, on avait l’impression que le groupe voulait davantage s’en débarrasser que d’y mettre l’effort nécessaire. Malgré tout, le public ne sembla n’y voir que du feu, absorbé dans le moment, même si cette chanson fut la moins bien réussie de la soirée. 

Le tout s’est terminé sur l’entraînante R.I.P. 2 My Youth. Le groupe finit par quitter la scène sur les acclamations du public, sans par contre offrir un rappel, ce qui semble être une habitude chez eux.

Une esthétique à la hauteur

Malgré quelques inconsistances dans la performance, ce qui était vraiment marquant dans ce spectacle de The Neighbourhood était l’aspect visuel.

On connaît maintenant tous l’obsession du groupe à toujours apparaître en noir et blanc et les spectacles ne font pas exception! Toutes les images projetées sur le grand écran au fond de la scène et sur le podium du batteur étaient arrangées en fonction de ce thème et les membres du groupe n’étaient affublés que de vêtements noir et blanc. Même l’éclairage reflétait cette vision et créait ainsi une atmosphère vraiment particulière et monochrome.

Premières parties

Bad Suns et Hunny ont tous deux offert de bonnes performances. Malgré leur première présence en sol montréalais, ils se sont fait accueillir comme des rois, à leur plus grande surprise. Les deux groupes ont proposé des pièces rythmées, ce qui a aidé à faire monter la foule pour la performance à venir.

Grille des chansons

W.D.Y.W.F.M?
Let It Go
Wires
Prey
Baby Came Home
Afraid
Daddy Issues
Female Robbery
The Beach
Wiped Out!
Lurk/Jealou$y/Dangerous/When I Get Back/#icanteven/U&I
Sweater Weather
R.I.P. 2 My Youth

Vos commentaires