Malik Djoudi
Nouvelle Publié le
  • Léa Viens Rédaction Stagiaire à la rédaction

Tomber en amour avec Malik Djoudi en 5 vidéos

Les sceptiques qui croyaient que la scène électro-pop française n’avait plus rien à leur offrir peuvent se réjouir avec la découverte de l’artiste français Malik Djoudi. Un coup de coeur que l’on vous invite à découvrir en 5 étapes.

Son parcours est fascinant. Né de l’union de parents algérien et vietnamien, l’auteur-compositeur-interprète de 40 ans a un parcours éclectique. Jeune adulte, il quitte sa ville natale, Poitiers, pour se rendre à Paris suivre des cours de chant donnés par nul autre que le rockeur Klaus Blasquiz (Magma).

Malik Djoudi travaille par la suite pour la télévision et signe même le générique d’une émission de télé-réalité, compose la musique d’un dessin animé japonais, puis se produit dans des groupes pop-rock, où il écrit des chansons en anglais.

Au printemps 2017, il signe avec le label de musique français indépendant Cinq7, chez qui il publie son premier album, Un. La production de 8 pistes électro-pop, pour la première fois rédigée en français et autoproduite, fait mouche chez le public et la critique, qui l’accueille à bras ouverts de l’autre côté de l’Atlantique. Malik Djoudi ne perd pas de temps et, après avoir passé son été 2017 en tournée, entre au studio d’Ash Workman (reconnu pour son travail avec des talents comme Metronomy et Christine And The Queens) et prépare son deuxième album, Tempéraments, sorti le 22 mars dernier.

Et voilà que la vague Djoudi atteint les côtes de l’Amérique… Et on ne résiste pas.

Voici, dans l’ordre, comment cinq vidéos nous ont fait tomber en amour avec Malik Djoudi.

 

1. Sous Garantie, le single de son premier album

Sous Garantie est une pièce particulièrement agréable à écouter en boucle. Elle repose sur un rythme insistant, presque obsédant, où les sonorités basses se mélangent au refrain avec des touches de synthétiseur plus aiguës et stridentes.

Réalisé par Djoudi lui-même, le vidéoclip se construit autour de trois environnements distincts, soit une pièce sombre où l’on retrouve l’artiste dos à dos avec une femme, un dancefloor aux couleurs chaudes et une chambre à coucher aux tons froids et bleutés. Allégories du couple présentées dans différents contextes, on ressent à la fois la solitude, l’exaltation et la promiscuité, entremêlées dans le clair-obscur. Une vidéo intime qui fait savamment écho aux paroles de la chanson, où se dévoile un Malik Djoubi qui doute, qui s’ouvre et qui espère.

 

2. Tempérament, le single de son deuxième album

Sur Tempérament, on retrouve l’artiste naviguant seul dans un bateau tanguant au gré des vagues, entrecoupé de plans rapprochés de son visage, où s’inscrit une attitude aussi inquiétante que le caractère instable de l’eau qui se réfléchit sur celui-ci. Véritable dichotomie entre le haut et le bas, le ciel et l’océan, le bon et le mauvais, le vidéoclip Tempérament ne pourrait mieux coller à la piste, dans laquelle Malik Djoudi clame « J’aime la vie / j’aime les gens / tant que mon tempérament se désiste des eaux troubles / entêtantes… ».

 

3. Tempérament, live à la Gaité Lyrique

On aime Tempérament en version endisquée, mais cette vidéo live donne une autre dimension.

L’énergie de Malik Djoudi sur scène est indéniable. Sa façon de se déhancher au rythme de la musique a quelque chose de magnétique. Se mouvant un peu à la manière d’un automate et bougeant seulement les bras ou les jambes, mais jamais les deux en même temps, l’artiste réussit à se mettre de l’avant sans exagérer.

Les riffs de guitare électrique, plus présents dans la version live que dans la version studio, ajoutent une touche grinçante et pressante à la chanson, alors que les lumières qui clignotent au rythme de la chanson viennent créer une atmosphère électrisante dans la salle. Ça donne envie de le voir live… On croise les doigts pour une présence au Québec prochainement !  Allô les Francos. On compte sur vous.

4. Belles sueurs, le deuxième vidéoclip de son deuxième album

Le vidéoclip de Belles sueurs est sombre et presque inquiétant, à l’image de la trame sonore de la chanson. La lumière qui saute du blanc au rouge crée un sentiment d’urgence, alors que les nombreux personnages, hommes et femmes, déambulent et descendent des escaliers pour aller rejoindre Djoudi dans un local vide. Leur position statique et le calme qui émane d’eux alors qu’ils fixent l’artiste rappellent le film culte Fight Club, alors que la fin du vidéo, où tous se jettent sur le chanteur et l’engloutissent, semble un clin d’œil subtil au Parfum de Süskind… si ça s’était déroulé dans un rave!

 

5. Épouser la nuit, le tout nouveau vidéoclip

Un autre titre qui se démarque du lot sur l’album Tempérament : la chanson Épouser la nuit. Un mois après la sortie de l’album (qui joue désormais en boucle ici au bureau de Sors-tu!), Malik Djoudi dévoile un vidéoclip pour cette pièce enivrante, une oeuvre visuelle toute simple axée sur des jeux de lumière expressifs.

Épouser la nuit vient compléter une trilogie de vidéoclips réalisée par Antoine Carlier (après Tempérament et Belles sueurs, présentés ci-haut). Après avoir exploré « les profondeurs de l’être », Malik nous plonge ici dans un univers nocturne où les inhibitions tombent.


* Cet article a été produit en collaboration avec Lisbon Lux Records.
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires