Toto
Critique Publié le

TOTO à la Salle Wilfrid-Pelletier | Héros de la nostalgie

On le sait, à Montréal on est particulièrement friand de nostalgie et de tout événement qui rappelle « le bon vieux temps ». Dimanche soir, on avait rendez-vous avec les années 80 et le groupe TOTO à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Accueillis en véritable héros, les musiciens ont débuté à 20h tapante avec Only the Children. Ça semble cliché, mais dimanche soir, c’est le terme qui décrivait le mieux l’ambiance : la foule était en délire. À peine les premières notes de Hold the Line entamées que le parterre et la corbeille de la vaste salle était sur leurs pieds. Déjà une petite foule s’agglutinait au devant la scène. On a rarement vu tel engouement dans la salle à l’ambiance habituellement plutôt conservatrice.

Et ça s’est poursuivi toute la soirée, avec raison. Bien que le son du groupe soit vilainement ancré dans les années 80, les musiciens ont un bagage musical phénoménal qui se voit et s’entend. Huit sur scène, ils ont tous leurs quelques minutes de gloire à un moment où un autre. On a d’ailleurs pu saisir l’ampleur de leur expérience lors de la présentation des membres après le hit Stop Loving You. Chacun provient d’un horizon ou d’un autre, de collaborations avec les Rolling Stones à Steely Dan, en passant par le Roi Lion (un petit extrait d’Hakuna Matata en prime).

Disons que c’était une soirée forte en émotions, meublée par beaucoup de solos de piano (impressionnant sur Pamela), de synthétiseurs, de percussions, mais surtout de guitare, dont un a mené le guitariste Steve Lukather en bas de la scène durant (ironiquement!) Home of the Brave, après une chute qui a semblé tout de même douloureuse, puisqu’on le voyait mimer « Outch! » à son collègue David Paich à plusieurs reprises, jusqu’à la fin de la soirée. On le voyait moins vigoureux sur son instrument, mais il a tout de même terminé la soirée comme un guerrier. On suppose que Paich, qui a alterné toute la soirée entre un chapeau noir, un haut de forme et une casquette, le lui aurait levé bien haut pour cet exploit!

Évidemment, la soirée n’aurait pas été complète sans une Rosanna bien sentie avec un long jam interminable et bien sûr, Africa, en « non-rappel », parce que comme Luthaker l’a si bien dit, on n’a pas vraiment de temps à perdre à applaudir pendant 10 minutes en sachant très bien que la soirée n’est pas totalement terminée. Soirée nostalgie 100% réussie.

Grille de chansons

  1. Only the Children
  2. Hold the Line
  3. Afraid of Love
  4. Lovers in the Night
  5. Pamela
  6. I’ll be Over You
  7. Chinatown
  8. Great Expectations
  9. Red House (reprise de Jimi Hendrix)
  10. Stop Loving You
  11. 99
  12. The Muse
  13. Home of the Brave
  14. Rosanna
  15. I’ll Supply the Love
  16. Africa
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires