Ce qui nous traverse
Critique Publié le

Triple programme à la Brasserie Beaubien | Ce Qui Nous Traverse partage la scène avec Sun Brimmer et Electrique Junk

Si vous cherchiez une soirée calme et énergique, pas bondée mais avec juste assez de public, de la musique douce et intense, alors il fallait faire un tour du côté de la Brasserie Beaubien samedi pour écouter trois groupes très différents, proposant chacun leur propre style et se succédant dans une belle progression.

Matt Lee était le premier à être apparu sur scène, avec son projet Sun Brimmer. Avec sa guitare acoustique et sa douce voix, il nous a fait pénétrer dans son univers folk, en entraînant avec lui Simone Pitot et Turi de Moth, guitaristes et chanteur(euse)s, tout aussi poétiques et chantants.

Ce qui nous traverse

Après ce prélude fort agréable, on a pu découvrir le groupe Ce qui nous traverse avec ses deux invités Gyslain Gaudet (batterie et basse) et Norman Nawrocki (violon), pour le troisième concert d’une série de quatre dont le prochain aura lieu le 11 mai au Cagibi (5490 St-Laurent).

Ils ont ainsi présenté les deux premiers titres de leur dernier album intitulé des lignes, avec toutefois des ajouts de nouveaux éléments.

Le premier titre Passage parmi quelques sillons sur la voie oblique a placé l’auditeur dans une tension constante avant d’aboutir à un climax intense peut-être un peu trop puissant pour un premier titre, avant de tomber dans une sorte de transe physique et sonore.

Le deuxième titre Aube latente et premières lueurs était là encore très progressif et dégageait des émotions très diverses, de la douceur à la colère, en passant par l’angoisse et la nostalgie – plusieurs textures telles un dessin composé de lignes diverses se superposant, se croisant et se métamorphosant.

Le troisième et dernier morceau était une improvisation libre peignant là encore plusieurs couleurs, se transmettant d’un instrument à l’autre. Le début légèrement chaotique s’est finalement développé en une longue ascension avant d’atteindre le summum de la puissance.

On a pu noter la recherche d’atmosphères et de textures, et l’engagement des artistes sur scène pour transmettre leur plaisir au public et dans l’image du groupe à travers les disques, cassettes et affiches en sérigraphies proposés. Un groupe qui s’inscrit sous le label Cuchabata Records, à l’instar du groupe suivant.

Electrique Junk

La dernière partie de la soirée était assurée par Electrique Junk, en parfaite continuité avec Ce Qui Nous Traverse, au niveau du style et de l’énergie. Ce power trio de rock psyché composé de Guillaume Cloutier (guitare), Timothy Weiss (basse) et Roy Nitulescu (drums) a su démontrer une stabilité rythmique et une solidité mélodique importantes. Ils nous ont ainsi proposé un voyage dans différents univers du rock agressif aux mélodies plus expérimentales à la guitare.

Il s’agissait donc d’une soirée agréable avec ces trois groupes aux univers très différents et à l’envie commune de partager leurs idées au public venu les écouter avec beaucoup de plaisir et d’attention.

Vos commentaires