Vieilles Charrues
Critique Publié le

Vieilles Charrues 2015 | Une édition haute en couleur (avec photos)

Le plus gros festival de France a ouvert ses portes jeudi à Carhaix-Plouguer, petite ville perdue au fin fond de la Bretagne. Muse, The Do, The Chemical Brothers étaient quelques-uns des grands noms de cette édition 2015 qui a attiré plus de 250 000 festivaliers. 

* Rédigé en collaboration avec Mathieu Champalaune

Jour 1 – Début des festivités


Première journée de festival sans conflit d’horaires pour accueillir la tête d’affiche de cette 24e édition : Muse. Et première surprise, le beau temps et la chaleur était au rendez-vous, chose assez rare aux Vieilles Charrues.

C’est la musicienne britannique Anna Calvi qui a ouvert le bal des festivités. Souvent comparée à PJ Harvey, la guitariste a su envoûter les premiers festivaliers avec sa voix profonde et ses riffs très bien sentis. Encore peu connue du grand public, la Britannique a impressionné les spectateurs par la puissance de sa voix. De solo en solo de guitare, elle a interprété avec ses 3 musiciens la plupart des titres de son dernier album One Breath, pour un premier concert plutôt réussi.

Un cochon qui danse et fait de la cornemuse... On est bien aux Vieilles Charrues!

Un cochon qui danse et fait de la cornemuse… On est bien aux Vieilles Charrues!

Puis est venu le tour de Soprano, chanteur marseillais de R&B commercial, qui a présenté son spectacle Cosmopolitanie. Quatre danseurs et chanteurs accompagnaient l’artiste qui a interprété ses plus grands succès, de quoi faire plaisir à ses fans. Très engagé, Soprano n’a toutefois pas réussi à conquérir entièrement le reste du public.

Mais la tête d’affiche de la soirée, et du festival, arrivait juste après. Muse, vieil habitué des Vieilles Charrues, prenait sa revanche sur son passage en 2010 un peu gâché par les trombes d’eau qui tombaient alors. Et c’est un vrai show que le groupe britannique a donné. Les morceaux, pour la plupart issus du dernier album Drones, s’enchaînaient avec des tubes, Starlight en tête. Rythmé, impulsif, tout était là dans le set pour ravir le public. Et bien sûr Matthew Bellamy, jouant toujours au mégalo, a flirté avec la caméra tout le long du concert.

Ce fût donc une première journée plutôt agréable musicalement parlant.

La suite ci-bas :

Événements à venir

Vos commentaires