Walk The Moon
Critique Publié le

Walk The Moon au Théâtre Corona | Une grosse dose de bonheur

Inutile de se mentir, janvier aura eu ses hauts et ses bas, surtout côté température. Mardi soir, le groupe américain Walk The Moon était de passage à Montréal pour nous faire oublier tous les moments froids et gris du mois qui tire à sa fin. Le band a su offrir une performance dynamique, colorée et bourrée de bonheur. Pour résumer ce spectacle en quelques mots : une soirée réussie et bonne pour le moral.


Enfin un vrai show de Walk The Moon à Montréal !

Il aura fallu attendre bien des années pour voir le band Walk The Moon à Montréal. En 2016, ils avaient dû annuler leur présence à Osheaga et ensuite, la seule fois où il a été possible de les voir, c’était en première partie de Thirty Seconds to Mars. Hier soir, le moment que plusieurs attendaient est enfin venu et la formation américaine a enfin performé en tant que tête d’affiche de la soirée.

Bien qu’on s’attendait à une foule plus nombreuse, le Théâtre Corona était très loin d’être rempli. Le balcon étant fermé, tous les fans se sont retrouvés au parterre, près du groupe où l’énergie était à son apogée. Les fans avaient beaucoup de place pour bouger et en ont amplement profité. Tous et chacun ont semblé adorer leur expérience.

Walk The Moon ont non seulement prouvé qu’ils ont ce qu’il faut pour faire passer un bon moment aux fans, ils semblaient également s’éclater sur scène. Les membres du groupe interagissaient beaucoup entre eux, avaient le sourire aux lèvres du début à la fin, dansaient et faisaient grandement participer la foule. Ils semblaient très reconnaissants de l’énergie que leur donnait la foule.

D’un album à l’autre, sans compromis

Une des forces du spectacle a définitivement été la grille de chansons. Walk The Moon s’est aisément promené d’un album à l’autre, en jouant autant des chansons provenant du premier disque que du dernier. Sans rien enlever au plus récent album What If Nothing, il était délectable de retrouver les chansons qui nous ont fait tomber en amour avec le band comme Lisa Baby, I Can Lift a Car et Fixin’, pour ne nommer que celles-là.

Du côté de Talking Is Hard, qui a été en quelque sorte la transition « grand public » du groupe avec Shut Up and Dance, plusieurs titres ont également été joués. Il a été possible d’entendre Avalanche, Different Colors qui a transformé la scène en arc-en-ciel et l’excellente Aquaman qui s’est terminée en chorale chantant à l’unisson « And all I know is I wanna be here with you from now on. »

Pour ce qui est des plus récentes, Tiger Teeth et Surrender ont eu un certain effet sur la foule, la transportant dans une ambiance bien réconfortante. Le tout nouveau single Timebomb a été très bien reçu aussi. Sorti il y a à peine plus d’une semaine, il était plutôt étonnant d’entendre autant chanter les fans et le band a semblé s’en réjouir. Ensuite, Headphones est venu faire grimper l’intensité tout juste avant le rappel. Pour conclure le spectacle, les fans ont eu droit à Portugal et à nulle autre que Anna Sun, de quoi terminer sur une bonne dose de nostalgie.

Si vous avez manqué les 2 derniers passages du groupe, vous pourrez vous reprendre les 30 et 31 mars prochains au Centre Bell et au Centre Vidéotron. Walk The Moon assurera la première partie du groupe anglais Muse pour leur tournée Simulation Theory, c’est à ne pas manquer.

 

Bear Hands en première partie

Le groupe Bear Hands était en charge de la première partie. S’ils n’ont pas particulièrement marqué les fans de Walk The Moon, ils lui ont fait passer un bon moment. Leurs chansons étaient plutôt similaires d’une à l’autre, mais étaient quand même plaisantes en patientant pour le groupe principal. Leur son rock-alternatif a semblé plaire. Ils ont entre autres joué leurs chansons Back Seat Driver2AMBlue Lips et Giants.

Grille de chansons

  1. Lisa Baby
  2. Different Colors
  3. One Foot
  4. Quesadilla
  5. Tiger Teeth
  6. Timebomb
  7. Feels Good To Be High
  8. I Can Lift a Car
  9. Shut Up And Dance
  10. Surrender
  11. Fixin’
  12. Aquaman
  13. Kamikaze
  14. Avalanche
  15. Headphones
  16. Portugal
  17. Anna Sun
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires