Caltâr-Bateau
Critique Publié le

Yes No Toaster au Divan Orange | Brunch des mélomanes

Il faisait beau dimanche midi sur le Plateau, alors que des mélomanes affamés faisaient la file devant le Divan Orange pour un brunch-concert. Il s’agissait d’une initiative de la gang d’Indie Montréal, qui courait partout sans arrêt pour nourrir la salle comble.

Et oui, il était temps que quelqu’un se lance dans l’idée : bruncher en présence d’un artiste local et émergent, c’est une formule gagnante. Pour l’inauguration, c’était le groupe Caltâr-Bateau qui se chargeait de nous en mettre plein l’ouïe.

 


Oui

Câltar-Bateau, c’est le groupe parfait pour jouer devant du monde qui mange. Habituellement composé de sept musiciens, de la guitare au violoncelle en passant par le saxophone, nous avions droit à une formule réduite cette fois-ci. Le quatuor de garçons lunatiques s’avérait être propice à l’ambiance : assez rock pour nous surprendre, mais assez folk pour pas nous rentrer dedans.

Le résultat nous semble hyper spontané, en passant de l’énergie au minimalisme. L’humour subtil du chanteur Alexandre Beauregard en faisait le parfait animateur de déjeuner. Actifs depuis 2012, ils ont déjà deux albums et un EP mystérieux de chansons inédites. Le petit dernier, La bavure des possessions paraissait en mars dernier.

Vers la mi-spectacle, la chanteuse Alex Guimond vient se joindre à eux. Selon le chanteur, en extase de la retrouver parmi eux : « ça fait du bien d’ajuster le niveau de testostérone sur le stage ».  C’est d’ailleurs cette dernière qui met la cerise sur le brunch pour terminer le spectacle avec La série du siècle, chanson qui met de l’avant sa voix irréelle.

 

Non

Le groupe nous raconte s’être fait jaser dans la rue par des gens qui pensaient qu’ils étaient les membres du groupe Sloan. Puisque personne dans la salle connaissait le groupe en question, nous avons pris la peine de le googler et d’élucider le mystère pour vous : ce ne sont bel et bien pas les mêmes gars.

 

Grille-Pain

Si le son était bon, la bouffe l’était aussi. Des oeufs cocottes aux tomates et herbes fraîches ou un grilled cheese aux poires poivrées, oui s’il-vous-plait. Le seul mini bémol de l’événement : pas de café. L’ambiance était assez festive, avec des tables remplies d’amis mélomanes qui profitaient du festin. Alors que le tout débutait à 13h, c’était le dimanche essentiel d’un lève-tard gourmand. Pour les prochaines fois, le groupe invité pourrait même créer le menu, pourquoi pas?

L’équipe d’Indie Montréal qui concocte un brunch pendant qu’on se régale également les oreilles avec des performances de groupes émergents, c’est prometteur et réussi. Pour ceux qui auraient manqué leur chance, une formule bimensuelle débutera en 2016.

C’est un fait bien connu : onze orthophonistes sur dix vous recommandent de bruncher en écoutant de la musique. Merci à Indie Montréal de prendre soin de nos tympans. En attendant 2016, on ré-écoute du Caltâr-Bateau en se faisant des oeufs le matin.

Vos commentaires