Yung Lean
Critique Publié le

Yung Lean au MTELUS | Une performance des plus maîtrisées

Le jeune Suédois Yung Lean a brûlé les planches en solitaire pour venir présenter son plus récent album, Stranger, ne laissant tout de même pas les fans depuis longtemps initiés et aguerris sur leur faim. Connu pour presque être devenu un « meme », le rappeur a fait preuve d’une grande maturité et a offert une performance parfaitement maîtrisée.

 


Thaiboy Digital

Thaiboy Digital a toutefois ouvert le bal avec ses morceaux surchargés d’autotune, rendant le tout presque anesthésiant. Seul sur scène, il s’est démené pour réchauffer le public, mais a plutôt laissé au plancher une foule tiède d’autant plus désireuse de voir apparaître l’icône du thé glacé Arizona et des bucket hats.

Sans être une performance désagréable, aucun morceau n’a particulièrement fait lever l’ambiance, le genre de première partie efficace pour garder le public en haleine.

Yung Lean

Après trépignements, plaintes pour la longue attente et la découverte de la moyenne d’âge du public qui devait difficilement excéder 18 ans, Yung Lean a pris place sur la scène, entamant la soirée avec plusieurs morceaux de son plus récent projet. Après Muddy Sea, Diamonds en collaboration avec le rappeur thaïlandais Thaiboy Digital et Skimask, entre autres, l’énigmatique rappeur s’est tourné vers son répertoire plus ancien.

Le Suédois avait connu une ascension phénoménale après la parution de sa mixtape Unknown Death 2002 en 2013 et en a profité pour satisfaire ceux qui l’écoutent attentivement depuis ses débuts. Oreomilkshake, Hurt et Ginseng Strips 2002 on été scandés à tue-tête par la foule requérant une participation minimale de la part du rappeur.

Yoshi City a probablement été le point culminant de ce mash-up de ses plus grands succès.
Il a poursuivi la soirée avec quelques autres morceaux de Stranger, pour ensuite laisser planer la fameuse Kyoto.

yung-lean-montreal-08

Ayant grandement évolué depuis sa première performance à Montréal au feu Cabaret Underworld, Yung Lean a su ravir un public qui portait de hautes attentes. Il a su faire preuve de talents de performeur et a exposé sa musique plus mature avec brio. Même les pièces plus lentes comme Yellowman ou Agony ont été interprétés avec brio malgré des rythmes lents qui auraient pu causer un ennui ou un malaise.

Le rappeur suédois a bien grandi sous les feux de la rampe et a exprimé à maintes reprises son amour pour Montréal et l’atmosphère positive et emplie d’amour que dégageait la foule.

Grille de chansons

  1. Muddy Sea
  2. Skimask
  3. Drop it/Scooter
  4. Afghanistan
  5. Fantasy
  6. Metallic Intuition
  7. Diamonds (ft. Thaiboy Digital)
  8. Hennessy & Sailor Moon
  9. Red Bottom Sky
  10. Oreomilkshake
  11. Hurt
  12. Ginseng Strips 2002
  13. Ghost Town
  14. Yoshi City
  15. Iceman
  16. Silver Arrows
  17. Hunting My Own Skin
  18. Push/Lost Weekend
  19. Miami Ultras
  20. Fallen Demon
  21. Kyoto
  22. Monster
  23. Agony
  24. Yellowman

Vos commentaires