Dave Morgan
Critique Publié le

Zoofest 2015 | L’ascension de Dave Morgan

Après avoir donné ses derniers spectacles devant, entre autres, un public en voiture, puis en ascenseur et dans une boutique de vêtement, l’humoriste Dave Morgan poursuivait son ascension au cabaret du 4e du Monument National mardi soir. D’un naturel étonnant, il a offert au public un 60 minutes de confidences comiques bien punché.

Il aime visiblement être sur scène pour parler de tout et de rien, à l’aise comme il est, Dave Morgan peut se permettre un type d’humour plus personnel. Sans suivre de ligne directrice, il est plutôt passé d’un sujet à un autre, autant dans l’anecdote que dans l’observation.

 

Éternel adolescent

L’humoriste de 27 ans a commencé par parler de lui tout simplement, de son concept au Zoofest (qui consiste à faire vivre au public, de plus en plus nombreux, son ascension en accéléré) et du fait que le monde est petit. Une idée menant à une autre jusqu’au moment très drôle où il a dressé une liste des indices qu’il n’est pas un adulte accompli et qu’il a un problème d’alcool.

Une anecdote de « badtrip sur le pot », moqueries sur les cyclistes, sur lui-même et sur son apparence clichée, sur les faux bilingues et d’innombrables gags sur des sujets éparpillés ont suivis. Dave Morgan a une habileté incroyable pour se retrouver dans son désordre, ce côté adolescent qu’il a décrit chez lui, on le retrouve dans son attitude et son apparence, mais aussi dans sa façon de raconter, d’ouvrir une parenthèse, puis une autre et de revenir sur un gag rapidement et en sortir un nouveau. Facile de s’y perdre, mais l’humoriste a bien lié le tout.

Petit manque de discipline

L’improvisation et le naturel sont appréciés, mais à quelques moments, les bafouillements de l’humoriste ont brisé le rythme et gâché de bons punchs. Il a tout de même réussi à chaque fois à se reprendre ou à servir un petit jeu de mots – qu’il adore – pour enchaîner efficacement. Ça a donc bien passé jusqu’en fin de spectacle, où il a totalement laissé l’impression d’être en plein rodage alors qu’il parlait de la bêtise humaine et d’Internet : « Ce bout-là n’est pas écrit, ça paraît-tu? » Malheureusement, oui.

C’est plaisant d’écouter un humoriste qui semble jaser avec ses chums autour d’une bière, mais quand les blagues sont bafouillées, ça devient dérangeant. Sans ces erreurs faciles à travailler, Dave Morgan a tout le talent et la présence sur scène nécessaire pour que son ascension se poursuive au-delà du Zoofest.

Événements à venir

Vos commentaires