Adib Alkhalidey
Critique Publié le

Zoofest 2015 | Un beau programme et Adib Alkhalidey en supplémentaires

Grosse soirée de supplémentaires, mercredi, pour les derniers miles du Zoofest au Studio Hydro-Québec du Monument National. Katherine Levac et David Beaucage ont donné une dernière représentation de l’excellent spectacle Un beau programme et Adib Alkhalidey a présenté 60 minutes de nouveau matériel avec Ingénu. Deux ajouts bien appréciés pour leur qualité.

Un beau programme

David Beaucage a d’abord annoncé, avec une petite mélodie à la guitare pour l’accompagner, qu’Un beau programme, c’est un spectacle dans lequel les deux humoristes font ce qu’ils veulent. Attriquée d’un costume de chat qu’elle aimerait porter tous les jours, Katherine Levac est venue le rejoindre pour énumérer ce qui la rendrait heureuse, comme « faire un stationnement parallèle avec le Romano Fafard ».

« Je sais que vous n’êtes pas ici pour moi» a ensuite dit David Beaucage avant de commencer son numéro d’une quinzaine de minutes, il n’a certainement pas eu le même impact que celui de Levac, favorite d’avance. Il a pourtant été hilarant, armé de sa guitare, avec par exemple une chanson dans laquelle il raconte avoir trouvé sa grand-mère morte sur un petit air joyeux au refrain qui vante «un bon verre de coke avec de la glace».

Côté sketch, celui de Katherine Levac en Sabrina de Saint-Jean-Sur-Richelieu au shower de sa meilleure amie a été marquant. Dans son personnage cliché de l’éternelle adolescente qui lit une lettre à la future maman, elle a fait rire la salle du début à la fin. David Beaucage y est allé d’un sketch à la Film de peur très comique aussi, une formule qui a très bien fonctionné pour les deux humoristes et bons comédiens.

On aurait voulu retrouver le duo plus souvent sur scène comme en début de spectacle. Les seules occasions auront été en chanson, d’abord celle « pour la madame de 64 ans » que Katherine Levac n’aime pas mais envie, puis à la fin du programme pour la ballade country du « couple weird au party », des moments forts de la soirée. Bien écrit, bien chanté et bien livré et très drôle. Finalement, Un beau programme est tout de même le parfait mélange entre stand-up, sketchs et chansons.

 

Adib Alkhalidey 

En comparant chaque nouveau public à une première relation sexuelle pour ensuite partager ses observations de l’être humain, Adib Alkhalidey a présenté 60 minutes chargées de matériel hilarant avec une énergie explosive unique. Habile, l’humoriste a su jongler avec les comparaisons et les réactions du public avec cet aperçu d’un spectacle déjà bien ficelé.

Il a commencé par l’enfance, puisqu’il a travaillé avec cette « catégorie d’individu » sur le plateau de la websérie 7$ par jour. Avec des anecdotes de tournage, il a partagé sa colère contre les enfants et leur sens de la répartie, toujours très comique lorsqu’il les imite en se lançant lui-même par terre sur scène. Expressif, sa façon de parler « avec une voix de conne » ou « d’avoir l’air vraiment gay en colère », est tout aussi drôle.

L’adolescence, que l’humoriste considère comme une maladie mentale, a suivi. En particulier l’hystérie des jeunes groupies de Justin Bieber ou de One direction, qui auraient tout simplement besoin de libérer leurs pulsions sexuelles. L’humoriste a ensuite enchaîné avec l’âge adulte, évidemment. Appuyé de ses propres statistiques, il s’est entre autre insurgé contre ceux qui ne lui donnent pas droit à l’erreur et sur ses contacts humain en voiture et sur les réseaux sociaux.

Toujours très articulé et intelligent dans son propos, Adib Alkhalidey a réussi à passer des messages sociaux comme la reconnaissance des convictions que défendent les transgenres – chose qu’il enseignera à ses enfants -, la dénonciation d’agressions ou encore le racisme et la violence sans être lourd. Bien joué.

Événements à venir

Vos commentaires