Orchestre de la Francophonie
Critique Publié le

L’Orchestre de la francophonie au CNA | Osez le classique !

Prenez un chef d’orchestre de 27 ans, violoniste et chanteur à ses heures, qui admire autant Oscar Wilde et Marcel Proust que Réjean Ducharme, autant Duke Ellington que Dédé Fortin, aussi fervent joueur de hockey que professeur au Garage à musique de la Fondation du Dr Julien. Ajoutez-y un tout jeune virtuose du violon qui a remporté le premier prix junior du Concours Menuhin 2010 d’Oslo à l’âge de 13 ans, et vous serez assurément tentés par un concert de musique classique exceptionnel que Sors-tu.ca a vu dimanche soir au Centre National des Arts à Ottawa, et qui sera offert à petit prix demain soir à la Maison symphonique.

Simon Rivard aux commandes. Photo par  Iness Jaussame.

Simon Rivard aux commandes. Photo par Iness Jaussame.

Le chef, c’est Simon Rivard, né à Saint-Lambert, formé au Conservatoire de musique et à McGill, autant à l’aise dans la musique romantique et opératique que dans la musique contemporaine. À une semaine de préavis, il s’est retrouvé à devoir remplacer le chef attitré et fondateur de l’Orchestre de la Francophonie, Jean-Philippe Tremblay, qui a dû se désister pour des raisons de santé.

Un véritable tour de force pour Simon Rivard, avec devant lui une série de 15 concerts à diriger cet été, une vingtaine d’œuvres à apprendre en un temps record, et la réunion de 38 musiciens qui pour la plupart n’ont jamais joué ensemble.

Et non les moindres, puisque le jeune virtuose du violon originaire d’Ottawa, Kerson Leong, acclamé partout, est du nombre. De petite taille et d’apparence frêle, vêtu d’une chemise et d’un pantalon noirs, il dégage un charisme fou sur scène. Comme si son archet était ensorcelé. Il s’exécute avec une finesse inouïe, une subtilité incroyable, chaque note qui émane de son instrument étant d’une délicatesse et d’une fluidité à jeter par terre.

Au programme du concert de l’OF de demain soir, la pièce de résistance sera le Concerto pour violon en ré majeur, opus 61 de Beethoven, avec ses trois mouvements qui procurent 41 minutes de pur bonheur musical. Le violon de Leong, tant en solo que dans le soulèvement de tout l’orchestre, est si finement contrôlé que dans la Salle Southam du CNA fraîchement rénovée, on aurait entendu voler une mouche.

Pourtant, la veille, l’orchestre était en performance aussi loin qu’au Domaine Forget en Charlevoix. Mais, aucun signe de fatigue, aucun fléchissement du rythme musical pour cette œuvre au lyrisme profond que Beethoven a composée en 1806. La musique classique n’a pas d’âge, traversant les siècles avec toujours la même vigueur et le même ravissement des mélomanes.

Simon Rivard a toujours eu à cœur l’éducation musicale en bas-âge. En 2015, il a fondé le POP, pour Petit Orchestre Philharmonique, un ensemble de jeunes musiciens basé à Montréal.

L’Orchestre de la Francophonie a été fondé en 2001 à l’occasion des IV e Jeux de la Francophonie dans la région outaouaise. Depuis, il est devenu un tremplin rêvé pour les meilleurs jeunes musiciens diplômés venus de partout et désireux de poursuivre une carrière professionnelle. L’OF, qui cumule des centaines de concerts tant au pays qu’aux États-Unis, en Allemagne et même en Chine, a commandé et créé pas moins de 43 œuvres de jeunes compositeurs d’ici. Et à ce jour, 1 320 musiciens ont bénéficié de leur passage au sein de l’OF, dont les trois-quarts ont intégré par la suite de grands orchestres internationaux.

Kerson Leong, à tout juste 20 ans, a été lauréat cinq fois du prix du Concours de musique du Canada, et sacré Révélation Radio-Canada en 2014-2015. Celui que l’on a défini souvent comme « du feu sur deux pattes » joue sur un violon de Crémone conçu par Giuseppe Guarneri en 1729. Il fait corps avec son instrument, dont il sait amoureusement en tirer le meilleur.

En plus de découvrir la splendide salle de concert qu’est la Maison symphonique, avec sa qualité d’acoustique exceptionnelle, la tournée de l’Orchestre de la Francophonie est une belle occasion à saisir pour faire tomber les préjugés vis-à-vis de la musique classique. Les billets sont à 20 $ pour les adultes, et 10 $ pour les moins de 16 ans. Détails et billets par ici. Allez-y! Osez le classique!

 

Vos commentaires