Protest the Hero
Critique Publié le

Critique | Protest the Hero au La Tulipe

Pour promouvoir leur tout nouvel album Volition, le groupe canadien Protest the Hero vient de se lancer dans une tournée en compagnie de leurs copains anglais Architects. La tournée en question s’arrêtait ce vendredi au La Tulipe, dans un spectacle rempli de scènes presque surréalistes.

La plus cool desdites scènes (sincèrement, il n’y a pas d’autres mots) s’est produite pendant la prestation d’Architects : Les gens, comme c’est coutume au La Tulipe, montaient sur la scène pour stage diver, et un des jeunes hommes montés s’est permis un petit solo de air guitar devant le guitariste d’Architects.

Ce à quoi le guitariste a répondu en offrant sa guitare au jeune homme.

Ç’aurait pu être désastreux, mais non, LE JEUNE A CONTINUÉ LA TOUNE AVEC UN FOUTU BRIO. Pendant ce temps, le guitariste s’est lancé dans la foule.

Donc à toi, gars qui a joué de la guitare, sache que tous t’envoient un gros pouce en l’air pour la performance, ainsi qu’un gros doigt du milieu pour avoir vécu le rêve que l’entièreté des adolescents avides de musique ont un jour chéri.

Juste pour ça, et l’attitude générale d’Architects, ils remportent la palme de la performance de cette soirée.

Ce qui ne veut pas dire que Protest the Hero ont été mauvais. Par contre, ils ont dû composer avec l’envie qu’avaient maintenant les membres de l’assistance de monter sur scène. Ce qui a vite dérapé et a terni la prestation.

Le guitariste de Protest The Hero, Luke Hoskin. Photo par Joshua Lessard.

Le guitariste de Protest The Hero, Luke Hoskin. Photo par Joshua Lessard.

Donc on a assisté à des trucs assez étranges, comme des gens qui sont montés pour donner des offrandes à Rody, le chanteur. Plus précisément des offrandes comme des sachets de marijuana et des pots de pilules quelconques.

Pire, et plus dérangeant pour les musiciens, sont ceux qui montaient pour prendre des selfies devant le groupe.

On va parler pour tout le monde : faire ça, c’est non. Mieux vaut garder les selfies pour la chambre de bain, ce n’est pas toi que les gens sont venus voir.

 

Virtuoso et sono respectable

Mais outre ceci, il faut dire que Protest the Hero a su faire taire pas mal toutes les petites craintes que l’on peut avoir en allant voir des groupes de ce genre.

Parce que l’attrait principal de PTH, c’est la virtuosité des ses musiciens. Or, si la prise de son est le moindrement mal faite, virtuosité se transforme rapidement en monstruosité. Il arrive souvent que, bien que l’on voit les doigts se faire aller, on n’entende au final qu’un genre de FRFRFFRFCSH constant.

Ce ne fut pas le cas, chapeau aux techniciens, on entendait parfaitement les prouesses incessantes d’entre autres Luke, le guitariste soliste.

Une autre crainte peut être qu’avec un chanteur qui chante aussi haut, on peut s’attendre à ce qu’il rate des notes ou s’essouffle une fois en live.

Du tout. Rody a tenu le coup jusqu’au bout, et ce, bien qu’il ait été, selon ses dires, malade comme un chien.

Deux légers points faibles :

  1. Le très talentueux mais surtout très coloré bassiste de la formation, Arif Mirabdolbaghi, n’était pas de la partie, car il travaille à produire une adaptation théâtrale d’une pièce de Dostoevsky. Bizarre ? Un peu. Mais son remplaçant était tout aussi doué.
  2. Les gars portaient tous des casquettes des Maple Leafs et des Senators. Ils se le sont fait dire.

Vos commentaires