The Black Keys
Critique Publié le

Festival d’été de Québec 2013 – Jour 3 | The Black Keys, Father John Misty et Eagles of Death Metal

Après le Bluesfest d’Ottawa et le Mondial Loto-Québec de Laval, c’était au tour du Festival d’été de Québec de recevoir la visite des Black Keys ! Le duo blues-rock s’est produit sur la grande scène des Plaines d’Abraham, tout juste après Eagles of Death Metal et Father John Misty, et a offert une performance en montagnes russes – de grands sommets et des petits creux.

Sur une scène éclairée de façon simple – quelques lumières blanches et des vidéos parfois psychédéliques en arrière-plan – le groupe a débuté la soirée en lion avec Howlin’ for You et Next Girl. À ce moment, le duo était accompagné de deux musiciens plutôt effacés, mais nécessaires pour assurer les arrangements.

Photo par Vanessa Leclair.

Photo par Vanessa Leclair.

S’en est ensuite suivi plusieurs sélections obscures des trois derniers albums – tel que Same Old Thing et Run Right Back. Un véritable délice pour les amateurs plus ferrés du groupe, mais ce choix a semblé calmer quelque peu les ardeurs de la majorité étant venue entendre les grands succès.

Ce creux a été aggravé par un facteur incontrôlable – le vent intense a causé des fluctuations importantes au niveau du son. Certains instruments entraient et sortaient du mix, coupant le niveau d’intensité désirée lors de moments clé.

Summum en duo

C’est en milieu de spectacle que The Black Keys se sont retrouvés au sommet de leur forme – plus précisément lorsqu’ils sont tombés à deux sur scène. La relation entre Patrick Carney (batterie) et Dan Auerbach (voix, guitares) est d’autant plus amplifiée en mode duo. La guitare sonnait tout simplement comme une tonne de brique – Your Touch en était un exemple parfait.

Lorsque les deux musiciens fantômes sont revenus sur scène, le momentum a été conservé grâce à une performance monstre de Little Black Submarines. Cette chanson a marqué une des rares fois où la foule entière s’est rangée derrière la mélodie et a semblé véritablement en symbiose avec les artistes sur scène. Un deuxième creux est survenu avec Ten Cent Pistol et Sinister Kid – tout le monde semblait se demander quand Lonely Boy allait enfin arriver. Eh bien, ils l’ont eu en fin de spectacle, suivi du meilleur moment de la soirée : I Got Mine performé en duo.

Ainsi s’est terminée la soirée – une heure et demie de haut et de bas pas trop bas. Aucun rappel ; les lumières et la petite chanson dans le système de son ont rendu cela très évident immédiatement après la dernière chanson. Une soirée satisfaisante, mais The Black Keys aurait eu avantage à mieux parsemer ses succès à travers la grille de chansons.

Photos en vrac
par Vanessa Leclair

The Black Keys

Eagles of Death Metal

Father John Misty

Événements à venir

Vos commentaires