Karkwatson
Critique Publié le

Karkwatson au MTELUS | Le retour éphémère de l’ultime superband montréalais

Dix ans après avoir uni ce que l’Ouest et l’Est de la Main avaient de mieux à offrir, Patrick Watson et Karkwa récidivent avec leur projet conjoint Karkwatson, l’ultime superband montréalais. Après avoir viré le FME à l’envers en septembre dernier, les revoici pour 3 dernières représentations, dimanche et lundi au MTELUS de Montréal, et mardi soir au Centre Vidéotron. Retour sur une soirée de grandes retrouvailles croisées.


 

Dix ans plus tard…

Au printemps 2008, les quatre membres du groupe de Patrick Watson et les cinq musiciens de Karkwa ont eu la brillante idée d’unir leurs forces pour une série de concerts à Montréal et Québec. En fait, comme le soulignait Louis-Jean Cormier sur scène ce soir, c’était plutôt l’idée de Jim Corcoran, mais la tentative avait inspiré les musiciens à pousser l’expérience plus loin et monter carrément un show ensemble.

Cette rencontre allait en quelque sorte marquer au fer rouge une époque où la musique québécoise bouillonnait, particulièrement dans les branches indie rock, tant du côté francophone qu’anglophone. Et ce n’était que le début. À l’époque, Karkwatson était un petit pas-de-côté, près de deux ans avant les Chemins de verre de Karkwa (et leur consécration au prix Polaris) et à peine un an et demi après que Close to Paradise nous ait fait découvrir l’étendue du talent de Patrick Watson. Un an plus tard, on confiait à Patrick Watson le plus gros show de sa carrière, en ouverture du Festival de Jazz de Montréal sur la Place des Festivals, devant des dizaines de milliers de gens.

Les temps ont bien changé depuis. Dix ans plus tard, Karkwa n’est plus vraiment actif, Louis-Jean Cormier fait carrière seul avec beaucoup de succès, et Patrick Watson continue de rouler sa bosse, à cumuler les albums pertinents qui enrichissent leur corpus.

Mais à une époque où le rap québ domine le marché, et le rock semble s’essouffler, ça sert à quoi, au juste, une réunion Karkwatson en 2018?  À nourrir la nostalgie, certes — d’ailleurs, la foule était majoritairement constituée de trentenaires — mais aussi à refaire l’exercice avec les compositions plus récentes des deux projets. Bon, le terme « récent » demeure relatif dans ce cas-ci. Rappelons qu’à l’époque du Karkwatson originel, Les Chemins de verre n’était pas encore paru, Wooden Arms n’était pas encore sur le marché, encore moins Adventures In Your Own Backyard.  Le setlist du concert de ce soir pigeait allègrement dans ces 3 albums, comme un concours de la meilleure chanson acoustique entre Marie tu pleures et Words in the Fire, ou la magnifique 28 jours chantée par Patrick Watson, à qui ça va comme un gant.

Karkwatson Part II sert aussi à rappeler la force de frappe de cette bande qui combine certains des musiciens les plus marquants de leur génération.

 

Harmonie et plaisir

D’abord, un constat s’impose : les voix de Louis-Jean Cormier (plus basse et posée) et de Patrick Watson (perchée plus haute) s’harmonisent de façon presque magique.

Puis, musicalement, ça s’imbrique de belle manière, même si certaines chansons paraissent un peu trop chargées avec 9 (parfois 10) musiciens à l’oeuvre. Quelques feedbacks ici et là donnaient d’ailleurs du fil à retordre côté sono, mais rien qui vienne gâcher la magie. Dans l’ensemble, le son était plutôt bien calibré, la dégaine des musiciens en impose, et les projections sont tout à fait réussies et au goût du jour.

Mais surtout, visiblement heureux de partager la scène, les musiciens étaient bons joueurs, notamment sur Beijing où l’on a pu goûter à un trio de percussions, suivi d’un duo de piano. Le mashup de Close To Paradise et Le Compteur — baptisé pour l’occasion Close to the Compteur — lançait d’ailleurs bien les festivités, illustrant le plaisir que les deux troupes ont eu à s’échanger la balle.

C’était pour ce genre de moments que 2300 trentenaires se sont donnés rendez-vous lors de cette soirée qui avait des airs de happening. Et personne n’a semblé déçu de renouer avec Karkwa, ni de voir la troupe à Patrick Watson s’en donner à coeur joie. La fusion des deux projets opère toujours.

Karkwatson reprendra du service lundi soir au MTELUS. À priori, le concert affiche complet, mais consultez l’événement Facebook, des quantités limitées de billets peuvent être relâchées à l’occasion… Par ailleurs, il reste encore des billets pour le spectacle de mardi soir à Québec par ici.

 

Grille de chansons

  1. Close to the Compteur (mashup de Close to Paradise et Le Compteur)
  2. Dormir le jour
  3. Hearts
  4. Acouphène
  5. Mieux respirer
  6. Beijing
  7. Words in the Fire
  8. Marie tu pleures
  9. Giver
  10. Les Chemins de verre
  11. Turn Into the Noise
  12. Moi léger
  13. Machinery of the Heavens

Rappel

(Waves?)
28 jours
Into Giants

Les musiciens à l’oeuvre

Patrick Watson (voix, piano, claviers)
Mishka Stein (basse)
Robbie Kuster (batterie, percussions, scie)
Joe Grass (guitares, pedalsteel)
Simon Angell (guitares)
Louis-Jean Cormier (voix, guitares)
François Lafontaine (claviers)
Julien Sagot (percussions)
Martin Lamontagne (basse)
Stéphane Bergeron (batterie)

 

ÉQUIPE TECHNIQUE

Mathieu Parisien (sonorisateur)
Christian-Adam Gilbert (sonorisateur-moniteurs)
Mathieu Roy (éclairage, conception scénique)
Nicolas Beaudoin (préposé aux instruments, guitar tech)
Eric Cazes (directeur technique et de tournée)

Événements à venir

Vos commentaires